Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

la récupération de l’eau de pluie bientôt obligatoire

/ Amérique du sud

Le parlement de Buenos Aires étudie un projet de loi qui obligerait les immeubles de plus de cinq étages à installer une cuve de récupération des eaux pluviales ,  dont le contenu servirait à nettoyer les trottoirs et les cours intérieures.

cuves de récupération d'eaux pluviales à Buenos Aires

Une initiative simple

L’initiative proposée par la députée Karina Spella concernera également les espaces publics, qui devront collecter et stocker l’eau de pluie afin de procéder à l’arrosage des parcs et des jardins de la ville.

La capitale comporte environ 50.000 immeubles de plus de cinq étages, ce qui permettrait d’économiser quotidiennement 15 millions de litres d’eau potable. Ce volume serait dirigé vers les zones de la ville encore non connectées au réseau de distribution.

La députée estime que chaque immeuble utilise chaque jour près de 300 litres d’eau potable pour le nettoyage des trottoirs. Or à Buenos Aires, avec des précipitations moyennes de l’ordre de 100 mm par mois, une surface de 200 m2 permet de récupérer 24.000 litres d’eau mensuels.

Une réforme du code de construction pourrait donc imposer l’ajout d’une cuve de récupération dans les immeubles, qui auraient cinq ans pour procéder à sa mise en place et disposeraient pour cela d’un crédit accordé par la banque municipale de Buenos Aires.

La récupération au programme

D’une capacité minimale de 8.000 litres, le réservoir sera placé en aval du système d’évacuation des eaux de pluies des édifices concernés. Son coût serait dérisoire lors de la construction de nouveaux bâtiments, mais il est estimé à 15.000 pesos (environ 3.000 euros) pour les bâtiments existants. Ces dépenses font grincer des dents les syndicats de copropriété, qui se refusent pour l’instant à supporter ces coûts et réclament d’autres expertises.

Le projet donnera lieu à une audience publique avant d’être examiné par le parlement, mais il suscite d’ores et déjà l’unanimité, même du côté de l’opposition. Ce type de système a déjà été mis en place avec succès dans deux provinces espagnoles pour l’arrosage des espaces publics.

Les habitants de la capitale argentine consomment près de dix fois la quantité d’eau recommandée par l’OMS, et cette mesure pourrait mettre un frein au gaspillage de cette ressource si précieuse.

lanacion.com.ar

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires