Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

un logiciel pour éviter les catastrophes naturelles

/ Amérique du sud

Au Brésil, le glissement de terrain d’Angra dos Reis, qui a fait 53 victimes en début d’année, reste encore dans toutes les mémoires. Et l’on se demande comment on pourra, à l’avenir, éviter tant de dégâts humains quand surviennent ces catastrophes.

Eymar Lopes, Ph.D en géophysique et environnement, est responsable d’un projet de l’Inpe (Institut de Recherche Aérospatiale) qui a développé un logiciel d’alerte aux catastrophes naturelles, baptisé Sismaden. Il explique comment fonctionne ce système de monitorage.

L’INPE est un institut réputé pour ses analyses évaluant les zones à risques. La nouveauté de ce logiciel appelé Simaden tient en 2 points essentiels : travailler en temps réel et croiser les informations climatiques avec les données géographiques délimitant les zones vulnérables.

En effet, le logiciel ne se contente pas de recevoir des données de pluviométrie, il ajuste ses recherches en fonction des informations climatiques reçues toutes les 10 minutes. Il les superpose ensuite sur une carte et si le résultat montre une zone de vulnérabilité, et que de nouvelles précipitations sont prévues dans les 48 heures, le système entre en alerte et génère un email voire un SMS aux autorités.

C’est cette complémentarité qui a manqué lors de la catastrophe d’Angra dos Reis, où seul l’aspect de la pluviométrie avait été pris en compte.

Aujourd’hui, peu de municipalités peuvent bénéficier du système mais un investissement de 45 millions de R$ (20 millions d’euros) est prévu pour son implantation. Le logiciel est un open source, il est donc paramétrable pour monitorer d’autres types de catastrophes comme les incendies. Dans ce cas, la donnée de pluviométrie est remplacée par des images satellites localisant des foyers d’incendie et le recoupement est fait avec les cartes qui délimitent les aires de reforestation. Si ces zones sont menacées par le feu, le système alerte les autorités.

L’objectif à terme est de pouvoir prévenir par SMS toute la population concernée, comme c’est le cas aux Etats-Unis pour les cyclones. Mais pour cela, le système devra améliorer son paramétrage et actualiser ses cartes, sous peine de générer une panique inutile.

info.abril.com.br

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires