Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

puiser dans les lacs pour fabriquer des briques

/ Amérique du sud

Afin de préserver les sols, des experts de la prestigieuse Université de La Plata, l’une des plus importantes du pays, envisagent de remplacer l’argile servant à élaborer les briques par des dépôts sédimentaires lacustres.

sediments

Brique: construire des maisons, détruire des sols

L’urbanisation de la province de Buenos Aires, qui compte désormais plus de 15 millions d’habitants, s’est accompagnée au cours des dernières décennies d’une dégradation importante des sols, due notamment à l’extraction de la terre argileuse nécessaire à la fabrication des briques.

Les terrains exploités subissent un décapage, une opération consistant à retirer la couche superficielle du sol, et de profonds puits y sont creusés, rendant ces terrains extrêmement dangereux une fois l’exploitation terminée. Ces excavations se transforment souvent en décharges sauvages, entrainant de surcroit une importante pollution des nappes phréatiques.

Martín Hurtado, géologue et professeur chercheur de la faculté de sciences naturelles, dirige un groupe d’experts qui se sont intéressés à divers lacs de la province, afin de trouver une alternative à la destruction des sols.

“Sol-ution” alternative

Ils ont identifié des lacs qui, au fil du temps, se sont remplis de matériaux minéraux provenant de l’érosion des sols voisins, jusqu’à perdre leur capacité d’absorption de l’eau. Le procédé mis en œuvre pourrait donc servir deux objectifs : permettre aux lacs de retrouver leur capacité d’absorption et extraire la matière nécessaire à l’élaboration de briques.

Les résultats obtenus sont très encourageants. Les prototypes fabriqués ont été soumis à une batterie de tests afin d’éprouver leur caractéristiques mécaniques, et le géologue s’estime satisfait par leurs performances.

Il souligne toutefois que si le retrait des couches de sédiments du fond des lacs peut s’avérer bénéfique pour ces derniers, un contrôle des quantités extraites est nécessaire afin de ne pas détruire un milieu pour en sauver un autre.

Autres problèmes

Martín Hurtado explique que l’extraction de terre argileuse n’est pas la seule activité humaine inquiétante pour la préservation des sols, et pointe du doigt les nouveaux procédés consistant à vendre le gazon sous forme de plaques, qui emportent chaque fois avec elle une partie du sol fertile.

Comme l’eau, la terre est pourtant une ressource naturelle fragile, qu’il nous faudra apprendre à gérer de manière durable.

diariohoy.net

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires