Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Commerce équitable, qu’en pensent les Argentins ?

/ Amérique du sud

Réunis à Buenos Aires à l’occasion de la Journée Internationale du Commerce équitable, les principales organisations du pays sont venues promouvoir ces nouvelles pratiques qui comptent bouleverser les règles établies en matière de commerce international. L’occasion d’évaluer l’importance de ce mouvement en Argentine.

commerce équitable en Argentine
Le commerce équitable n’a de sens que s’il s’accompagne d’une consommation responsable. © FLO

Fort de près d’1 million de petits producteurs, regroupés autour de 3 000 organisations dans plus de 50 pays du Sud, ce système d’échange connaît actuellement un essor majeur, partout à travers le monde.

Définie par l’Organisation Internationale de Commerce Équitable Latino-Américaine comme une relation d’échange commercial basée sur le dialogue, la transparence et le respect, cette initiative contribue au développement durable en offrant de meilleures conditions commerciales et en garantissant les droits des petits producteurs.

Pour l’ONG argentine Otro Mercado al Sur (L’autre marché du Sud), le commerce équitable se traduit avant tout par la recherche d’une éthique qui s’affranchisse de la voracité du capitalisme et mette un terme aux relations d’exploitation. C’est dans cette optique que l’organisation collabore avec une usine textile directement administrée par ses ouvriers, dans une communauté indigène de la province du Chaco, l’une des plus pauvres du pays. En lui achetant du coton bio à un prix 25 % supérieur à celui du marché, elle a permis la création d’un atelier, qui produit désormais des quantités importantes de t-shirts.

Alberto Pate, président des Producteurs Agricoles de La Plata, estime que la régularisation des emplois et la mise en place de contrôles de qualité des produits, notamment de la présence de pesticides, dans le secteur du maraîchage passent nécessairement par la recherche d’un prix juste. Un prix qui prend en compte ces conditions supplémentaires.

Selon l’ONG Arte de los Pueblos (L’Art des Peuples), cette journée consacrée à l’économie solidaire a surtout permis de faire connaître le mouvement. Une étape essentielle, car le commerce équitable n’a de sens que s’il s’accompagne d’une consommation responsable, qui aide à créer une demande pour ce type de produits.

Pour Noel Ros, membre de cette ONG, l’objectif principal de ce type d’évènement consiste à familiariser le grand public avec les principes du commerce équitable. Et ainsi favoriser l’apparition de consommateurs soucieux de construire des relations plus justes avec les producteurs marginalisés.

L’ONG, L’Art des Peuples, travaille depuis 24 ans avec les communautés indigènes où des changements importants sont à noter. A travers l’artisanat, c’est toute la culture qui est revalorisée et les producteurs en sont d’autant plus impliqués dans leur travail.

Il semble donc que si les Argentins commencent à peine à découvrir le commerce équitable, ils se sentent déjà concernés par une économie solidaire. Une part importante de la classe moyenne, consciente de la réalité des processus de production, est d’ores et déjà disposée à consommer différemment afin d’encourager un mode de production plus juste.

diariohoy.net

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires