Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

le gouvernement responsable dans la catastrophe de la plateforme BP

/ Amérique du nord

Le gouvernement américain a octroyé à plusieurs compagnies des autorisations de forage pétrolier dans les eaux du Golfe du Mexique sans obtenir au préalable les permis délivrés par la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA).

affaire plateforme bp : le gouvernement américain responsable
La probabilité d’un déversement majeur dans le Golfe du Mexique a été minimisé. © Elnur Amikishiyev

L’explosion de la plateforme de Deepwater Horizon, le 20 avril dernier, à l’origine du décès de 11 ouvriers et du déversement de millions de litres de pétrole et de gaz dans le Golfe du Mexique aurait pu être évitée. Les biologistes et les ingénieurs du Minerals Management Service (MMS) – subdivision du ministère de l’intérieur – ont indiqué dans plusieurs rapports que le forage du Golfe du Mexique constituait un véritable danger pour l’environnement ; et que les risques d’explosions étaient à prendre au sérieux.

L’année dernière, des chercheurs de l’agence auraient envoyé une lettre aux gestionnaires stipulant que la plateforme Atlantis BP représentait potentiellement une menace susceptible de causer des dommages irréversibles à la faune sous-marine. Deux mois avant la catastrophe, monsieur Raúl Grijalva, représentant démocrate de l’Arizona, a lui aussi envoyé une lettre à l’agence dans laquelle il ne cache pas ses inquiétudes concernant l’Atlantide BP.

Appliquant la politique de l’autruche au détriment du principe de précaution, les fonctionnaires du MMS se sont systématiquement opposés aux recommandations des scientifiques de leur agence. Engagés dans une logique de profit, ces derniers ont eu recours à la falsification de résultats et à l’usage de moyens de pression pour faire taire les chercheurs en désaccord avec l’essor des puits de forage en haute mer.

Face aux attaques des groupes de défense de l’environnement, tel que le Center for Biological Diversity qui a déposé un avis d’intention de poursuivre l’agence en justice en raison de sa non-application de la loi fédérale concernant les espèces menacées d’extinction, Kendra Barkoff, l’un des porte-paroles du MMS, affirme que des consultations approfondies ont été effectuées au préalable auprès de la NOAA.

Preuve à l’appui, la NOAA, en partie responsable de la protection des espèces menacées et des mammifères marins, rétorque que le MMS n’a pas donné suite à ses lettres de mise en garde. La probabilité d’un déversement majeur dans le Golfe du Mexique a donc été minimisé. Depuis Janvier 2009, le MMS a ainsi approuvé au moins 3 ventes de concessions énormes, 103 projets de sautage sismique et 346 plans de forage.

La renonciation du MMS à son rôle de sécuriser les énergies futures et la qualité de la vie en surveillant les recherches énergétiques à la fois sur terre et offshore, et son manquement à l’obligation légale d’obtenir des permis de forage, comptent parmi les grandes causes de ce cataclysme écologique et économique.

nytimes.com

Sur le même sujet :

Golfe du Mexique : une marée noire aux airs de déjà vu pour BP

Quand le gouvernement américain s’acoquine avec les compagnies pétrolières

Chili : un mélange végétal pour absorber le pétrole du Golfe du Mexique

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires