Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

les tiques profitent du réchauffement pour passer à l’attaque

/ Europe

Un nouveau scénario catastrophe vient s’ajouter à la longue liste des fléaux que pourrait provoquer le changement climatique. Une augmentation importante des populations de tiques est prévue, accompagnée d’une recrudescence des maladies graves que ces arthropodes transmettent à l’homme. Un phénomène déjà observé depuis plusieurs années en Europe et en Amérique du Nord.

© Liane Nothaft
Les tiques verraient leur population s’accroître avec le réchauffement climatique.

Selon Agustín Estrada Peña, professeur en parasitologie à la faculté de médecine vétérinaire de Saragosse, le réchauffement climatique va permettre l’expansion en altitude et en latitude des populations de tiques. Si le scientifique estime qu’il n’y a pas lieu de s’alarmer pour l’instant, il souligne néanmoins que le risque pour la santé publique est avéré. Un seul degré d’augmentation de la température moyenne pourrait entraîner une accélération notable de la reproduction des tiques et étendre considérablement leurs zones d’habitat.

C’est dans le sang des vertébrés, notamment de l’homme et du chien, que la plupart des tiques puisent leur alimentation. Le cycle de vie de ces parasites est très dépendant des conditions de température, d’humidité et de luminosité. C’est donc entre le printemps et l’automne qu’ils sont les plus actifs.

Ces animaux minuscules sont présents sur l’ensemble du territoire espagnol. On les rencontre le plus souvent dans les parcs publics, les jardins et les piscines, voire même dans les maisons. Les femelles ont la capacité de pondre entre 1 500 et 2 000 œufs d’un coup. Ceux-ci mettant entre 17 à 30 jours pour se développer. Cette fécondité élevée peut conduire à un accroissement rapide et exponentiel de leur population.

Le Centre Européen pour la Prévention et le Contrôle des Maladies (ECDC : European Centre of Disease Prevention and Control) vient de rendre public un rapport qui établit un lien direct entre le réchauffement climatique et l’expansion de la distribution géographique de certaines espèces de tiques. Elles seraient responsables de la transmission de maladies graves au sein de la population. Ces travaux affirment par ailleurs que l’Europe sera touchée par ce phénomène au cours des prochaines années et que des zones jusque là épargnées verront apparaître des cas graves liés à ces infections.

Les pathologies concernées sont très nombreuses et comprennent entre autres la fièvre boutonneuse méditerranéenne, l’encéphalite à tique, la fièvre hémorragique de Congo-Crimée et la maladie de Lyme, encore appelée borréliose. Agustín Estrada Peña indique que cette dernière touche actuellement plus de 85 000 personnes en Europe, dont 8 000 en Espagne.

Même si les personnes souffrant de ces affections sont la plupart du temps exposées directement à des animaux ou des végétaux du fait de leur profession, l’augmentation importante du nombre de tiques rendra vulnérable l’ensemble de la population.

abc.es

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires