Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

au secours de sa biodiversité

/ Amérique du sud

L’alliance brésilienne Extinction Zéro a défini 32 lieux à défendre en priorité car ils sont les derniers refuges pour 36 espèces menacées d’extinction.

perroquet bleu du brésil
Perroquet bleu du Brésil © James Bossert

Le singe Tamarin-lion noir, le serpent jararaca-ilhoa, sont parmi les espèces protégées par cette alliance constituée de 40 institutions. La Mata Atlântica (forêt atlantique) concentre la moitié des sites et confirme son rôle de réservoir -fragile- de la biodiversité au Brésil. Pour être la région la plus industrialisée du pays, le sud-est (États de São Paulo, Rio et Minas Gerais en tête) est aussi celle où les espèces sont les plus menacées par la déforestation, la densité de population, la pollution, la chasse, la pêche, et l’extraction des minerais.

En cette année internationale de la biodiversité décrétée par l’ONU, le Brésil, possédant d’immenses ressources biologiques, se doit de montrer l’exemple.

Pour cela, il faut intensifier la création de parcs et réserves écologiques. 19 des 32 zones prioritaires n’en possèdent pas encore. Pour les spécialistes, le simple fait d’attribuer ce statut officiel de réserve à une zone suffit à améliorer les conditions de protection tout en réduisant les dégradations.

Pour eux, toute la Mata Atlântica devrait bénéficier de ce statut, après avoir déjà perdu 93% de son étendue originale.

L’exemple de protection du perroquet bleu est un révélateur de succès. Il a fallu attendre que sa population se réduise à 67 individus pour que soit créée une réserve d’abri de 130 hectares. 18 ans plus tard, on y dénombre plus de 1 000 perroquets.

Mais les spécialistes énumèrent encore beaucoup d’espèces menacées d’extinction dont certaines existent exclusivement au Brésil. Parmi elles, la grenouille Physalaemus soaresi qui vit dans la forêt Mário Xavier, près de Rio. La zone est menacée par la construction de l’Arco Metropolitano, immense périphérique routier de 145 km autour de Rio de Janeiro. Le projet, qui génère de nombreux conflits d’intérêts est actuellement à l’arrêt, accordant à la grenouille un sursis. Mais pour combien de temps ?

estadao.com.br

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires