Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

carton rouge pour l'empreinte carbone !

/ Afrique

Saviez-vous que le pire, pendant la plus grande manifestation sportive de la planète, ce ne sont pas les vuvuzelas. C’est l’empreinte carbone de l’événement. Cette année, la Coupe du Monde générera près de 2,8 millions de tonnes de Co2. Soit l’équivalent émis par un million de voitures au cours d’une année, ou 6 fois plus que la Coupe de 2006.

un arbitre de football brandissant un carton rouge
© Ivan Grlic

Faites le calcul. C’est simple. Pour se rendre en Afrique du Sud, on prend l’avion. Pas le train ou la voiture, comme à Berlin en 2006. Résultat, ce sont des centaines de milliers de visiteurs qui ont pris des vols pour se rendre sur les lieux des compétitions. À l’origine du constat, un rapport de l’ambassade norvégienne,  qui chiffre à 1.856.589 tonnes les émissions liées aux transports.

Mais le bilan ne s’arrête pas là. Il faut ajouter à ce chiffre les 15 390 tonnes de Co2 produites par la construction des infrastructures sportives et lieux d’accueil (SuperMundo). Le béton, qui est le matériau le plus courant, génère une tonne de CO2 pour une tonne de produit.

Et puis il y a l’électricité, dont la production en Afrique du Sud repose sur le charbon. L’afflux de touristes va entraîner une utilisation énergétique responsable de 340.128 tonnes d’émissions de dioxyde de carbone.

Pour rendre le constat plus parlant, The Guardian s’est livré à quelques comparaisons imagées. Ainsi, nous indique le quotidien britannique,

le déroulement des compétitions va émettre autant de CO2 que le vol de 6.000 navettes spatiales. Ou que la cuisson d’un milliard de cheeseburgers.

Mais il ne faudrait pas pour autant jeter la pierre au pays organisateur de la Coupe. Elle a pris des mesures pour réduire l’empreinte carbone. Notamment, un réseau ferroviaire a été prévu pour le transport des visiteurs entre les matchs afin de minimiser les émissions dues à la circulation. Enfin, le gouvernement a lancé un programme de plantation de centaines de milliers d’arbres qui devront être plantés dans les zones urbaines à travers tout le pays.

treehugger

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires