Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

le poivron en tête du classement des aliments toxiques

/ Amérique du sud

Une vaste analyse menée par l’Anvisa – Agence de Vigilance Sanitaire- sur des fruits et légumes montre un haut degré de résidus toxiques dans les aliments dû, entre autres, à l’utilisation par les producteurs de produits non autorisés.

deux poivrons rouge et jaune
© Dmitry Karasew

Au total, près de 30% des 3 130 échantillons de 20 cultures analysés présentent des taux élevés d’agro-toxiques et sont classés insatisfaisants. Pour la seconde année consécutive, la triste palme revient au poivron (80% des échantillons classés insatisfaisants), suivi du raisin, puis du concombre et des fraises.

De l’autre côté du classement la pomme de terre, la banane, le haricot et la pomme font figure de bons élèves.

Les chiffres sont préoccupants, affirme le Président de l’Anvisa. L’agro-toxique, c’est du venin, il faut donc en faire un usage limité.

Le problème, c’est que le Brésil est devenu la première destination des agro-toxiques bannis aux États-Unis et en Europe. En cause, des processus d’évaluation trop lents au Brésil. Pendant que les autres pays bannissaient 12 substances toxiques en 2008, le Brésil, 2 ans plus tard, n’a pas encore rendu ses conclusions. Ainsi, les agro-toxiques continuent d’être employés et leur utilisation augmente.
C’est le cas de l’Endossulfan, qui provoque une dérégulation endocrinaire, et a été trouvé dans le poivron, le concombre et la betterave. L’Acéfate, neurotoxique s’attaquant aux cellules et modifiant les gènes, est lui présent dans l’oignon et la carotte.

Il y a même certaines cultures comme l’ananas, le  riz, le haricot, la pomme, la papaye, la fraise et le raisin qui contiennent des traces d’agro-toxiques ayant déjà été bannis.

Autre problème : de plus en plus d’échantillons montrent la présence de produits qui ne sont même pas enregistrés par les autorités sanitaires.

Les effets de ces substances toxiques sont dangereux. D’autant plus qu’on ne les perçoit pas au jour le jour ; les maladies se développent sur le long terme. Seul le contact avec une très grande quantité de produit a un effet à court terme qui est l’intoxication.

Estadao.com.br

Folha.uol.com.br

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires