Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

la construction des centrales nucléaires s’accélère

/ Asie

Avec la diminution des ressources en charbon, la Chine se tourne à grande vitesse vers le nucléaire. Cette source d’énergie n’assure que 1% des besoins du pays actuellement, soit 9 millions de kW. L’objectif est de passer à 70 millions de kW en 2020. Réduction des émissions et de la dépendance au charbon certes, mais que pensent les Chinois de la sûreté des installations ?

centrale nucléaire en cours de réparation, espagne
© david plazas i subiros

Selon l’Agence Internationale de l’Energie, la production de nucléaire représente 14% de la production électrique mondiale actuellement. Si cette proportion passait à 25%, les émissions de CO2 pourraient être réduites de 50%. Pas étonnant que la Chine, dont les villes étouffent dans le dioxyde de carbone, s’intéresse à la technologie.

Et comme toujours dans le pays, les choses se font en grand. Fin 2009, la Chine avait approuvé la construction de 10 nouveaux projets de centrales nucléaires. Cela en fait le pays ayant le plus grand nombre de centrales nucléaires en construction.

Le vice président d’une société du nord de la Chine qui va construire la première centrale de la région, est sûr de son choix :

A partir de 2015, les ressources chinoises de charbon vont commencer à se tarir. Le nucléaire va devenir une des principales sources pour son remplacement.

Mais que pensent les Chinois de l’aspect sécurité ? Beaucoup s’en inquiètent.
L’énergie nucléaire est très souvent associée à la bombe atomique. Y-a-t-il des risques de radiations, de fuites radioactives ? Zhong Yingqiang, responsable de la centrale de Taizhou, dans la province du Zhejiang, se veut rassurant.

Une bombe atomique est faite à partir d’uranium 235, pur à 99%. Le combustible utilisé pour la production d’électricité a une pureté de seulement 3%. C’est un peu la différence entre une bière douce et un rhum fort. Si vous mettez une allumette devant, le résultat n’est pas le même.

D’autre part, il rappelle que la technologie utilisée est celle de la 3ème génération des centrales américaines. Ce type de centrale est conçu pour durer 60 ans, bien plus que les 20 ans des usines au charbon. Après les inquiétudes collectives suite à des bruits d’incident dans la centrale de Daya Bay, pas sûr que les chinois se laissent convaincre par de tels arguments.

Energy People

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires