Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Pyrogazéification des ordures

/ Océanie

Grâce à un partenariat avec le ministère français de l’Économie, de l’Industrie et de l’Emploi, trois villes de la province d’Araucanie, ainsi que l’île de Pâques, vont pouvoir bénéficier des toutes dernières innovations permettant de traiter les ordures ménagères tout en générant des gaz combustibles.

multitudes de statues sur l'ile de Paques
Ile de Pâques © Galina Barskaya

C’est Finaxo, une entreprise française spécialisée dans les hautes technologies de l’environnement, qui sera chargée d’implémenter ce nouveau procédé au Chili. Baptisé Citer 2010, le projet comprend la construction de sites de pyrogazéification dans les villes araucaniennes de Padre las Casas, Temuco et Galvarino, ainsi que sur l’île de Pâques.

Juan Eduardo Delgado, conseiller municipal de Padre las Casas, explique que cette initiative inédite sera financée par le gouvernement français et permettra de développer une solution non polluante pour le traitement des déchets. Tous les résidus solides générés par le procédé peuvent être utilisés pour d’autres applications, notamment sous forme d’engrais riches en potasse et en oligo-éléments, ce qui devrait entraîner à terme la suppression des décharges publiques.

Ce système a déjà fait ses preuves en Europe et entrera en fonctionnement sur l’île de Pâques au mois d’octobre prochain. La totalité des déchets domestiques y seront traités pendant cinq mois afin d’évaluer l’efficacité du procédé.

Comme l’explique Jean Bernait, le conseiller technique français, la pyrogazéification ne consiste pas à brûler les déchets, mais à les enfermer dans des cuves hermétiques où ils seront soumis à une chaleur intense et homogène, entraînant des réactions de décomposition. Celles-ci produisent des gaz combustibles ou condensables (qu’on peut liquéfier), qui seront récupérés pour une utilisation ultérieure. Le procédé mis au point par Finaxo utilise des billes d’acier d’un diamètre compris entre 20 et 50 mm, surchauffées à près de 700°C, qui permettent un transfert ultrarapide de la chaleur au cœur de la matière organique. En l’absence d’oxygène, elles provoquent une réaction de pyrolyse. Ce système permet également de traiter les boues d’épuration.

Selon Ana María Gutiérrez, ingénieure civile en environnement de la municipalité de l’île de Pâques, si ce nouveau procédé offre des résultats satisfaisants au cours des cinq mois d’essai, il sera mis en place de manière définitive. Il permettrait de résoudre l’un des problèmes principaux de l’île : le traitement des eaux usées. L’île compte en effet plus de 1 000 fosses septiques, et la population augmente de façon permanente à cause du tourisme.

La Tercera

En savoir plus sur la Pyrogazéification

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers commentaires