Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

l'ONU donne un A+ à la société Vale pour son rapport d'activité

/ Amérique du sud

Le géant brésilien du minerai, jadis contesté pour ses méthodes, semble depuis 3 ans prendre le chemin de la transparence et du développement durable.

cabane de minerai en forêt surmontant un cours d'eau
© Mike Norton

Le Pacte Global de l’ONU avait déjà apprécié les efforts de Vale sur ces rapports d’actions de 2007 et 2008, attribuant la note B+. Celui de 2008 avait même remporté le Prix GRI Readers Choice Award dans la catégorie Société Civile pour avoir recueilli le plus grand nombre de votes de la part des syndicats, institutions publiques, académiques, spécialistes, citoyens et médias. Cette fois, le rapport 2009 franchit un palier fort symbolique en obtenant la note A+, plus haut niveau de transparence sur les indicateurs de performances économique, sociale et environnementale. Pour Vania Somavilla, Directrice de l’Environnement et du Développement Durable, ce rapport, audité par Ernst & Young,

renforce la volonté d’alignement du groupe sur les initiatives globales desquelles nous sommes signataires, telles que le Pacte Global de l’ONU ou le Conseil International de l’Exploitation Minière et des Métaux.

Actions environnementales, technologie et chaîne de valeur.

Em 2009, Vale a concentré ses efforts sur les changements climatiques. Elle a été leader dans la rédaction de la Lettre ouverte au Brésil sur les changements climatiques, détaillant les engagements volontaires de 30 grandes entreprises brésiliennes pour réduire leurs impacts sur le climat. Le groupe a aussi signé le communiqué The Copenhague et a créé le Fonds Vale pour le développement durable, doté de 26 millions de US$ à investir sur des projets de préservation de l’environnement, comme celui qui finance un système de mesure de la déforestation en Amazonie, par exemple.

Chaque année, Vale fait le bilan de ses émissions de gaz à effet de serre. En 2009, elles ont diminué de 22%. Selon le Carbon Disclosure Project, Vale est l’entreprise minière qui a le plus faible rapport gaz émis/chiffre d’affaires, avec 522 tonnes de CO2 émis par million de US$ de recette.

Vale a recyclé en 2009 76% des eaux utilisées pour ces opérations. Ainsi, sur les 1,2 milliards de m3 nécessaires à son activité, seuls 288 millions de m3 ont été retirés de la nature, le reste a été réutilisé.

En matière de R&D, des accords de partenariat ont été signés avec les Fondations à la pointe de la recherche dans les États de Mainas Gerais, Pará et São Paulo. Les thèmes prioritaires définis sont le recyclage des déchets, les nouveaux processus de production, les biocarburants et la conservation des écosystèmes.

Dans le but de dynamiser l’économie des régions où elle opère, Vale s’appuie prioritairement sur des fournisseurs locaux qu’elle forme (400 fournisseurs ont participé à des cours à distance en 2009) et qu’elle soutient financièrement (169 fournisseurs ont obtenu une ligne de crédit). Mais ceux-ci doivent signer un Code de Conduite très strict sur les méthodes à adopter.

envolverde.com.br

Sur le même sujet : Vale, trop de sang versé dans les mines

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires