Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

l’usage des antibiotiques chez les animaux, dangereux pour la santé humaine ?

/ Amérique du nord

La mesure provisoire de la Food and Drug Administration (FDA), interdisant aux éleveurs américains l’usage de la pénicilline et de la tétracycline dans l’eau et l’alimentation du bétail, met fin – du moins pour l’instant – à de longues années de discorde entre les agriculteurs et les défenseurs des animaux.

Vaches de salers, cantal
© Christophe.Finot

Le monde idéal des agriculteurs serait un monde où les poulets et les porcs grandiraient deux fois plus vite tout en étant nourris avec parcimonie. Où de grosses vaches produiraient 50 litres de lait par jour. Ce monde merveilleux existe, notamment au pays du Far West, contrée où les cow-boys gagnent souvent les batailles de santé publique. Mais cette fois-ci les choses sont différentes. Après trois décennies de lutte acharnée entre ‘amis des animaux’ et lobbies agricoles, la FDA a révélé lundi 28 juin les dangers liés à l’utilisation excessive des antibiotiques comme additifs activateurs de croissance.

Et oui, les antibiotiques disposent de vertus quasi-magiques permettant à une volaille standard d’atteindre deux fois plus vite qu’un poulet fermier son poids d’abattage. Et qui dit gain de temps, dit gain d’argent : c’est ça le rêve américain !

Le développement exponentiel des élevages ne recèle cependant pas que des bienfaits. L’entassement et le stress que subissent les animaux favorisent la recrudescence de maladies ; et accentue par voie de conséquence la consommation de médicaments. Mais suivant les chiffres de l’Union of Concerned Scientists, en 2001, 84% des antibiotiques disponibles en pharmacie ont été utilisés par les agriculteurs ; dont 70% dans le simple but de stimuler la croissance des animaux. The Animal Healfh Institute estime quant à elle que 13% des antibiotiques agricoles ont servi d’additifs alimentaires.

Au même titre que chez les humains, l’usage abusif de médicaments multiplie les risques de résistance microbienne. Les bactéries étant suffisamment rusées pour fabriquer des germes plus forts qui annulent les effets positifs des médicaments.

Le nœud du problème est qu’il existe apparemment une corrélation entre l’ingurgitation massive des antibiotiques par les animaux et la mort de nombreux citoyens américains. Parmi les 100 000 patients qui s’éteignent chaque année dans les hôpitaux, un nombre important de décès peuvent être attribués à l’utilisation agricole des antibiotiques d’après le docteur James Johnson de l’Université du Minnesota.

La FDA recommande pour ces raisons l’utilisation des antibiotiques seulement à des fins médicales et sous le contrôle d’un vétérinaire. Mais le National Pork Producers Council s’oppose à cette directive affirmant que la plupart des antibiotiques agricoles ont été administrés aux animaux pour prévenir d’éventuelles infections bactériennes. Pas besoin d’être un génie pour comprendre que le bras de fer entre les agriculteurs et les défenseurs des animaux ne va pas s’arrêter d’aussitôt.

The New York Times

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires