Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

les incendies forestiers ou le lourd constat du réchauffement climatique

/ Asie

Mieux connu pour ses hivers longs et rudes, depuis plusieurs semaines, la Russie est en proie à des feux de forêts qui ne semblent pas vouloir s’éteindre. Alarmé, le président Dimitri Medvedev exhorte tous les chefs d’États à prendre des mesures pour lutter contre le réchauffement climatique.


Sortir à Moscou ce mois d’août est  presque devenu un calvaire. L’été 2010 devrait en effet battre tous les records de chaleur. Le jeudi 5 août le mercure a atteint 38,2 degrés dans la capitale. C’est la journée la plus chaude depuis  l’ouverture des registres de température en 1880 ont indiqué les services météorologiques.

Dans la partie occidentale du pays, les feux de forêt qui embrasent le pays, conjugués à une sécheresse sans précédent détruisent les récoltes ; ce qui conduit à la hausse des prix du blé sur les marchés financiers mondiaux.

Même si les risques de pénurie alimentaire sont pour le moment écartés, le Premier ministre Vladimir V. Poutine a pris la mesure radicale d’interdire toutes les exportations de céréales. Le président russe Dmitri A. Medvedev a quant à lui appelé les chefs d’États à prendre des mesures drastiques pour freiner les changements climatiques.

Les dégâts causés par le réchauffement climatique de la planète doivent être un signal fort pour nous tous. Tous les chefs d’États, tous les chefs d’organisations sociales, doivent adopter une  approche énergétique globale.

Bien que spectaculaire, cette vague de chaleur extrême n’est qu’à moitié une surprise. Depuis quelques années déjà les climatologues russes ont pronostiqué que le pays connaîtrait une augmentation de température rapide qui ne ferait que s’accélérer au cours du 21ème siècle. Un rapport publié en 2008 a même annoncé que la Russie allait se réchauffer deux fois plus vite que le reste du monde.

Les conclusions des scientifiques russes sont en accord avec celles d’un rapport publié en 2007 par le Groupe d‘experts intergouvernemental des Nations Unies sur les changements climatiques. Ces derniers encourageaient les nations à prendre des mesures pour diminuer de manière significative les émissions de gaz à effet de serre.

Il est certain que l’extrême chaleur et la sécheresse qui tourmentent la Russie n’est pas une preuve définitive du changement climatique. Il suffit en revanche d’observer les blocs de glace de la toundra sibérienne reculer à vue d’œil pour comprendre qu’il est temps de réagir.

The New York Times blog

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires