Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Les moutons initient des novices aux joies de la nature

/ Europe

Initiative originale dans un parc national : des passionnés viennent se former au métier de berger. Double avantage : ils participent à l’entretien du parc tout en vivant une semaine exaltante dans un cadre naturel somptueux. Moyennant quelques finances bien sûr.

© Eric Gevaert

Un cadre enchanteur unique, le parc national de Koli. Des lieux d’exception : les élevages traditionnels de moutons. Deux ingrédients d’une recette dont le succès ne se dément pas en  Finlande. Depuis trois ans, des centaines de candidats postulent pour devenir berger d’une semaine pendant cette période estivale où il fait jour toute la nuit. Et cette année, il n’y a eu que onze heureux élus, autorisés à se lever aux aurores et à s’endormir dans le lourd parfum de la laine après des journées de labeur en pleine nature.

Travail des bergers stagiaires : s’occuper des besoins quotidiens des bêtes, qu’ils doivent suivre de près. C’est le broutage des moutons qui entretient les terres. Une autre tâche importante consiste à apporter de l’eau, indispensable pendant les fortes chaleurs. Une fois la parcelle nettoyée, on déplace le troupeau. Il faut prodiguer aux moutons des soins spécifiques. Et les compter, ce qui ici n’est pas une vaine tâche.

Pour postuler, il faut signer un contrat. On sera logé dans le bâtiment principal, et on pourra se détendre en utilisant le sauna sur place. Mais il faut payer pour vivre cette expérience. On se consolera en sachant que la contribution est reversée au Parc, pour l’entretien de la faune et de la flore. Mais cela vaut la peine, si l’on en croit ce qu’en disent les candidats précédents. Rien à voir avec une semaine ordinaire dans un gîte du pays !

En outre, les apprentis pastoureaux font œuvre utile en s’occupant des bêtes dans le parc de Koli. En effet, celles-ci contribuent à la préservation du paysage traditionnel. Non seulement les moutons finlandais, mais aussi une race de vache très rare, endémique, la kyyttö. De quoi revenir peut-être de vacances avec une vocation ?

Outdoors.fi

Pour en savoir plus sur Koli : Voir la brochure

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers commentaires