Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

l’eau enfin reconnue comme un droit de l’homme par l’ONU !

/ Amérique du sud

Votée à une large majorité par les Nations unies, la proposition d’Evo Morales vient rappeler l’urgence des problèmes liés à l’accès à l’eau potable et à l’assainissement à travers le monde. Non contraignante, cette nouvelle résolution exhorte cependant les nations les plus riches à venir en aide au pays en voie de développement et représente une victoire importante pour le président bolivien.

© Maksym Protsenko

Au terme de 15 ans de débats, l’ONU a finalement déclaré l’accès à une eau potable salubre et propre comme

un droit fondamental, essentiel au plein exercice du droit à la vie et de tous les droits de l’homme.

Elle demande pour cela aux États et aux organisations internationales d’apporter leur soutien technique et financier aux pays en voie de développement, afin que l’eau potable et les services d’assainissement deviennent facilement accessibles et financièrement abordables pour tous.

L’assemblée générale a également rappelé sa vive préoccupation concernant les 884 millions de personnes n’ayant toujours pas accès à une eau potable salubre et les 2,6 milliards de personnes qui ne disposent pas de services d’assainissement de base. Cette situation provoque chaque année la mort de 1,5 millions d’enfants âgés de moins de cinq ans.

L’initiative bolivienne a été approuvée par 122 pays, tandis que 41 pays, dont les États-Unis, le Canada, le Royaume Uni et l’Australie se sont abstenus.

Pour Evo Morales, cette proposition met les états au pied du mur et les incite à prendre leurs responsabilités. Le président bolivien signale que depuis février 2009, la nouvelle constitution de son pays oblige l’état à ne plus laisser le commerce de l’eau entre les mains d’entreprises privées.

Comme la plupart des résolutions de l’ONU, ce nouveau texte n’a aucun caractère coercitif. Il a cependant le mérite de clarifier une position partagée par une grande majorité d’états, qui estiment que l’eau potable et l’assainissement sont des droits fondamentaux et inaliénables, et que c’est aux gouvernements qu’il incombe de garantir qu’ils soient accessibles au plus grand nombre.

Prensa Latina

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires