Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Une bande de babouins alcooliques terrorisent les habitants du Cap

/ Afrique

La dégustation des bons vins n’est pas l’apanage des humains. En Afrique du Sud, des dizaines de babouins ont développé un goût prononcé pour le sauvignon blanc. Et chaque jour, la bande de primitifs sèment la terreur dans les vignobles et les propriétés des alentours.

VIDÉOS

Les babouins ne sont définitivement pas les amis des Sud-africains. Au Cap, il ne se passe pas un  jour sans qu’une bande constituée d’une dizaine de babouins squatte les vignobles de la métropole et mange les raisins fermentés par le soleil, utilisés dans la fabrication du fameux sauvignon blanc.

Non contents de piller les vignobles, les babouins effectuent de véritables raids dans les propriétés et détruisent tout ce qu’ils touchent. Aucun animal du poulailler n’échappe à la cruauté de ces hors-la-loi : des poulets, des oies, des paons et même un chien danois ont été tués au cours des dernières semaines. Les tuiles, les clôtures électriques, les vergers et les potagers ne résistent pas non plus aux crocs acérés du ‘gang des singes enragés’.

Là où il y a une montagne, il y a un babouin, a déclaré Justin O’Riain, membre de l’Unité de recherche sur les babouins de l’Université de Cape Town.

Les babouins vivaient en effet dans les montagnes du Cap bien avant que les humains colonisent la région. Au fur et à mesure que le tissu urbain s’est densifié, la cohabitation entre les hommes et les singes est devenue difficile ; et les conflits se sont multipliés.

Suite à des bruits qu’il entend dans la maison familiale, un  enfant de 12 ans se rend dans la cuisine et se retrouve nez à nez avec une horde de babouins saccageant les placards. Heureusement, l’enfant a eu plus de peur que de mal. Mais de plus en plus d’habitants sont traumatisés par les singes et sont contraints de déserter des demeures familiales parfois vieilles de plusieurs siècles. On se croirait dans un remake de La planète des singes.

Le  maire de la métropole sud-africaine est très  préoccupé par ces incidents. Ce dernier souhaite engager une procédure judiciaire pour lever des fonds destinés à financer un programme de contrôle des babouins a-t-il déclaré le  jeudi 26 août.

À ce jour, une vingtaine de moniteurs sont employés sans grand succès pour protéger et guider les babouins hors des zones résidentielles. Malgré les réunions de crise entre les groupes de protection des animaux et les habitants de la région aucune solution n’a jusqu’ici été trouvée.

telegraph.co.uk

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires