Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

fait la course au biodiésel

/ Asie

Avec les craintes sur la fin du pétrole, nombre de pays se penchent sur les carburants alternatifs. La Thaïlande semble privilégier les biocarburants. Des tests sont en cours sur une nouvelle formule contenant 10% de biodiésel. Les responsables garantissent que la culture pour les biocarburants ne rentrera pas en concurrence avec l’agriculture alimentaire.


Le rythme s’accélère. La Thaïlande a introduit le B2 (carburant contenant 2% de biodiésel) l’année dernière. Le pays est passé au B5 en début d’année. Mais les regards se tournent déjà vers le B10. Peerapol Sakarin, responsable du département de l’énergie, est optimiste.

La production d’huile de palme est suffisante pour fournir tout le pays en B5 en 2011. Mais nous devons nous préparer à l’étape suivante en augmentant les surfaces plantées.

Le département attend les résultats d’un test de 100 000 kilomètres réalisé par Toyota avec le B10. Les tests de laboratoire se sont avérés concluants, ne révélant pas d’impact négatif sur le fonctionnement des moteurs.

Le gouvernement est pressé par la crise du pétrole attendue en 2012, une fois que la récession sera complètement oubliée. Selon un ancien dirigeant de la société Bangchak Petroleum, les prix vont monter.

Dans les 2 années qui arrivent, le pétrole va certainement atteindre 120 US Dollars. Il pourrait même monter jusqu’à 150 US Dollars. La seule manière de se protéger de cette crise, c’est de développer des alternatives et de réduire la consommation d’énergie. Cela nous laisse 2 ans pour agir.

Le Brésil, avec son énorme production de bioéthanol à partir de la canne à sucre, est un des rares pays qui a été épargné par la montée du pétrole en 2008. Le gouvernement Thaï voudrait bien répéter ce succès.

Il est vrai qu’en dehors de la reprise économique qui va faire accélérer la demande, la marée noire dans le Golfe du Mexique risque de contribuer à faire grimper les prix. Les nouvelles mesures de sécurité bienvenues augmenteront nécessairement les coûts de l’exploration et de la production dans les années qui viennent. D’ici là, souhaitons que les énergies alternatives puissent prendre le relais. Mais pour les biocarburants, il faudra que leur production ne se fasse pas au détriment de l’agriculture alimentaire. Un risque que Peerapol Sakarin estime inexistant en Thaïlande.

bangkokpost.com

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires