Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

de dangereux pesticides pour lutter contre une invasion de punaises

/ Amérique du nord

Comment résoudre un problème en en créant un autre ? En utilisant de dangereux pesticides dans le but de combattre une invasion d’insectes. C’est la réponse qu’ont trouvé les Américains pour exterminer leur nouvel ennemi public : la punaise de lit. Mais quels sont  les risques sanitaires encourus ?

Équipement de protection individuelle pour la pulvérisation des pesticides

L’abus des produits chimiques nuit à la santé, c’est bien connu. Depuis le mois d’août, l’Environmental Protection Agency (EPA) tente tant bien que mal de sensibiliser les Américains des dangers de l’application des pesticides extérieurs à l’intérieur des logements.

L’engouement que suscitent ces dangereux produits chimiques auprès de certains propriétaires de maison et des exterminateurs d’insectes est lié au grand retour de la punaise de lit aux États-Unis. C’est la première fois en effet depuis un demi-siècle que l’on assiste à une recrudescence aussi massive de l’insecte sur le territoire de Monsieur Obama. Et pourtant, on pensait que la bébête avait quasiment disparu ces 20 dernières années. Mais voilà qu’elle réapparait plus forte que jamais dans les chaumières américaines, causant des démangeaisons et des piqûres susceptibles de s’infecter.

La punaise de lit est devenue si coriace qu’elle résiste aux pesticides les plus fréquemment utilisés. Habituée aux matelas, aux dos de plinthe et aux rideaux, la bestiole se niche désormais dans des endroits insoupçonnables comme les téléphones portables, les prises électriques et les téléviseurs.

Alarmés, les autorités de l’Ohio appellent l’EPA à lever provisoirement l’interdiction de l’emploi du Propoxur, un pesticide efficace  contre les tiques, les puces et les poux chez les chiens et les chats, dans les appartements et les entreprises du pays.

Malgré l’appui de 25 autres États, L’EPA a rejeté la demande en Juin dernier. D’après l’EPA, le Propoxur, dont l’utilisation est interdite à l’intérieur des maisons depuis 2007, peut entraîner des nausées, des étourdissements et des troubles de la vision chez les enfants. Pire encore, le pesticide peut causer des troubles du système nerveux central, et même provoquer des cancers.

Un porte-parole de l’Agence, Dale Kemery, a déclaré que l’EPA s’engage à trouver de nouveaux produits chimiques plus puissants mais moins dangereux que le Propoxur. Pour l’heure, une campagne globale de santé publique s’impose aux États-Unis.

foxnews.com

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires