Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Duracell s’engage à recycler les piles usagées

/ Amérique du sud

Après avoir procédé à la collecte de 10 tonnes de piles, la municipalité de Buenos Aires s’est trouvée à court d’idées pour procéder à leur élimination, songeant même à les enterrer… Greenpeace a alors lancé une campagne sur Internet appelant les principaux importateurs de piles du pays à assumer leurs responsabilités. L’entreprise Duracell n’a pas tardé à faire savoir qu’elle était prête à prendre en charge le recyclage des piles qu’elle a fabriquées.

© Ilona Baha

C’est sous la forme d’une lettre envoyée directement à Greenpeace par Procter & Gamble S.A., son importateur en Argentine, que la célèbre marque de piles a fait connaître sa décision de ‘trouver une solution satisfaisante au niveau environnemental’ pour procéder à la destruction des piles qu’elle a vendues. Les responsables nationaux de l’ONG écologiste ne cachent pas leur satisfaction et estiment que l’engagement pris par le fabricant démontre que certaines entreprises savent se montrer responsables. Pour l’instant, les concurrents ne se sont pas encore manifestés : Energizer, principal importateur de piles en Argentine, n’a pour l’instant manifesté aucune intention d’imiter son concurrent dans sa démarche écologique.

Pour arriver à ses fins, Greenpeace a lancé il y a quelques semaines une vaste campagne sur la voie publique et à travers les réseaux sociaux tels que Facebook, exigeant des importateurs qu’ils procèdent au recyclage des piles collectées dans la capitale. Puisque ces initiatives n’ont pas réussi à convaincre Energizer, les militants de l’organisation écologique ont décidé de procéder à la collecte des piles de cette marque en plein centre ville, au pied de l’obélisque, pour les remettre ensuite à l’entreprise.

En 2008, l’Agence de protection environnementale du gouvernement de la ville de Buenos Aires (l’APRA) avait dans un premier temps procédé à une collecte des piles usagées, dont les résultats avaient vite dépassé ses espérances : 10 tonnes de piles furent récupérées en quelques mois. À la fin de l’année, l’APRA avait ensuite demandé aux importateurs de piles de prendre en charge de manière volontaire leur recyclage, mais n’avait obtenu aucune réponse. Le gouvernement a alors envisagé d’enterrer les piles dans des décharges, mais s’est heurté à un refus catégorique de la part des provinces sollicitées.

Aujourd’hui, grâce aux efforts de Greenpeace, le recyclage de ces 10 tonnes de piles semble sur le point d’être résolu. Mais la victoire sera de courte durée, car comme le signale María Eugenia Testa, directrice politique de l’ONG, la loi continue de considérer les déchets électroniques comme des ordures ménagères, malgré la toxicité de bon nombre de leurs composants.

clarin.com

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires