Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

MacDo joue la carte écolo

/ Amérique du sud

En ouvrant un restaurant résolument engagé en faveur du développement durable dans la localité de Pilar, non loin de Buenos Aires, la célèbre enseigne de fast-food espère reverdir son image, plus souvent associée au capitalisme sauvage et à la ‘malbouffe’ qu’à l’écologie.


Le nouveau local de McDonalds, situé en bordure de la Panaméricaine, est un véritable concentré de technologies vertes. Reconnaissable de loin grâce à l’éolienne qui surplombe ses bâtiments, il s’agit du premier restaurant entièrement écologique du pays.

Luis Gigena, responsable du développement de l’enseigne dans le Cône sud, explique que l’idée est née à Chicago, avant de se propager au Costa Rica, au Brésil et enfin à l’Argentine. Il n’existe donc pour l’instant que 4 restaurants de ce genre dans le monde. Les coûts de construction de ce local sont supérieurs de 40% à ceux des autres restaurants de la marque, mais la consommation d’énergie a pu être réduite de 14% et celle d’eau de 40%. Ses performances devraient lui permettre de décrocher la prestigieuse certification LEED, le système d’évaluation environnementale des bâtiments le plus utilisé dans le monde.

Petit récapitulatif des caractéristiques de ce nouveau local :

Climatisation : L’entrée d’air extérieur est régulée en fonction de la concentration en dioxyde de carbone à l’intérieur du restaurant. Les baies vitrées sont couvertes d’un film permettant de limiter l’intensité du rayonnement solaire et la chaleur reçue.

Éclairage : Les lumières s’allument et s’éteignent automatiquement en fonction de la luminosité extérieure. Utilisation de LED à l’intérieur comme à l’extérieur. L’éolienne fournit la totalité de l’électricité nécessaire à l’éclairage du parking.

Matériaux : Isolation améliorée du toit et des murs extérieurs, utilisation de matériaux recyclés pour le sol, peintures ne contenant aucuns composés volatils, bois provenant de forêts gérées durablement.

Eau : Récupération et stockage de l’eau de pluie, recyclage et filtrage de l’eau des lavabos, qui alimente les chasses d’eau.

Aménagement extérieur : Plantation d’espèces autochtones, ne nécessitant aucun arrosage.

lanacion.com.ar

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers commentaires

  1. Le problème de McDo, c’est que les valeurs centrales de son business sont anti-DD, comme il est fort justement rappelé dans l’introduction. La bouffe qui y est vendue est mauvaise pour l’homme, mauvaise pour la nature ; le business model repose sur la multiplication des points de vente, avec tous les menus défauts que cela comporte : production de masse, génération de trajets inutiles, déchets, etc. La liste des caractéristiques anti-DD est trop longue pour la rappeler intégralement ici.

    Bref, si le but est de faire croire que McDo est écolo ou respecte les principes du DD, c’est faux. Tant que l’activité de McDo n’aura pas changé, ces initiatives resteront des tromperies. Je pense même que la marque se fragilise en procédant ainsi. Elle essaie de s’adapter à ce qu’elle croit être les attentes du public, mais elle sape ses propres fondements. Qu’elle se positionne en spécialiste du fast-food, c’est légitime, mais si elle veut nous faire croire qu’elle fait dans la gastronomie et/ou qu’elle est en phase avec le DD, là elle perd toute crédibilité. Mauvais axe de com !

    Au passage, l’article original est amusant, le journaliste semble vraiment croire que ce fast-food est écolo (merci de nous avoir épargné cela !) ^^