Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Du froid grâce à la chaleur du soleil?

/ Amérique du sud

Des chercheurs de l’université de Viña del Mar ont mis au point un réfrigérateur fonctionnant uniquement grâce à l’énergie solaire. En utilisant du charbon actif et du méthanol, ce nouvel appareil permet d’obtenir des températures voisines de 5°C sans utiliser d’électricité.

© USM

Basé sur le principe physique de l’adsorption, à ne pas confondre avec l’absorption, ce prototype utilise les forces de surface d’un matériau solide (l’adsorbant, dans ce cas le charbon actif) afin de fixer les molécules d’un gaz ou d’un liquide (l’adsorbat, ici le méthanol). Le rendement dépend essentiellement du couple adsorbant/adsorbat choisi. Grâce au rayonnement solaire, qui chauffe le charbon, celui-ci va libérer une partie du méthanol qu’il a fixé sous forme de vapeur, et la pression du système va augmenter au cours de la journée. Le méthanol passe alors dans un condenseur, pour être ensuite stocké sous forme liquide dans le dernier module, l’évaporateur.

Le méthanol fait office de liquide frigorigène : c’est son évaporation qui permettra de créer du froid au cours de la nuit. Tandis que la pression du système diminue, le charbon récupère le méthanol libéré au cours de la journée. Cette invention permet de créer chaque nuit un stock de glace suffisant pour maintenir en permanence l’enceinte frigorifique à une température inférieure à 5°C.

Le nouveau prototype, second du genre à être développé par l’Université Santa María (USM) de Viña del Mar, est l’œuvre de deux jeunes ingénieurs, Francisco Osorio et Vicente Rodríguez. Les recherches ont été menées conjointement avec le professeur Manuel Gonzáles Martín, de l’Université de Burgos, en Espagne, qui a procuré aux chercheurs de l’USM le matériau essentiel au fonctionnement de l’appareil : le charbon actif. Les ingénieurs chiliens ont également bénéficié des connaissances fondamentales en la matière du professeur Gonzáles et ont pu s’appuyer sur des travaux universitaires argentins antérieurs.

Claudio Olguín, le professeur de l’USM ayant supervisé les recherches, met en avant l’importance de ces travaux, qui permettront la production de réfrigérateurs solaires au niveau national. Ces appareils sont destinés à équiper des régions isolées de toute source d’énergie, et serviront par exemple à stocker des médicaments, des vaccins ou des aliments. Les applications sont nombreuses, au niveau de l’industrie comme du grand public, qu’il s’agisse de production de glace ou de climatisation. Qui plus est, le réfrigérateur solaire ne fait appel à aucune source d’énergie autre que la chaleur du soleil et ne comporte aucune pièce en mouvement, ce qui rend son entretien et ses coûts d’utilisation quasi inexistants.

dgc.usm.cl

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires

  1. Christian Matke

    Il me semble que ce système a été préalablement développé en Suisse avec la collaboration d’un des Laboratoires du CNRS. Mais peut être que les Chercheurs chiliens de l’Université de Viña del Mar n’utilisent pas les mêmes matériaux.
    Je recommanderais de plus aux intéressés de se pencher sur le système thermochimique STIMP (Ex STELF) développé par le Laboratoire PROMES du CNRS sous la direction du regretté Professeur Bernard SPINNER il y a déjà quelques années et que l’Entreprise COLDWAY semble utiliser largement dans ses applications.
    Voir: http://www.coldway. fr