Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Jeffrey Sachs, le Bien-être Intérieur Brut, une référence pour le monde entier ?

/ Asie

Dans une colonne exclusive du journal Today de Singapour, Jeffrey Sachs fait l’éloge du Bhoutan. Le petit pays aux racines bouddhistes fait sa transition vers l’économie moderne sans sacrifier à la surconsommation et en pensant développement durable. Clé de voûte du système, l’attention des dirigeants sur la progression du BIB plutôt que sur celle du PIB.

© Kostyantine Pankin

La Chine en parle, la France l’a évoqué mais c’est le Bhoutan, petit pays de 700 000 habitants enclavé entre l’Inde et la Chine, qui l’a fait : baser sa politique sur la progression du Bonheur Intérieur Brut (BIB).

L’économie du pays traditionnellement basée sur l’agriculture et la vie monastique a commencé à changer il y a quelques dizaines d’années. Des monarques ‘éclairés’ ont guidé leur peuple vers la modernisation technologique (routes, électricité, système de santé et éducation), le commerce international (en particulier avec l’Inde) et la démocratie. Mais ces changements se sont faits sans oublier l’essentiel, et les hauts responsables du pays se sont posés une question que tout le monde devrait se poser :

comment la modernisation économique peut-elle être combinée avec le bien-être social et la conservation de la culture locale ?

Il n’y a pas de formule magique au calcul du BIH. L’importance du concept réside dans la prise en compte des problématiques écologiques et sociales en plus de celles de l’économique. L’amélioration du niveau de vie matériel n’est en effet pas ignorée. Le Bhoutan veut d’abord améliorer le système de santé, d’éducation, les infrastructures, etc…  Mais le pays n’oublie pas de protéger son système écologique, notamment en conservant ses forêts et sa biodiversité. Ni de réfléchir à la stabilité sociale, un défi majeur à l’heure de l’urbanisation et de l’explosion des équipements de communication, dans un pays qui ne connaissait pas la télévision il y a 10 ans.

Jeffrey Sachs s’est intéressé au petit pays asiatique après avoir entendu son premier ministre Jigme Thinley lors d’une conférence sur le développement durable tenue en Inde. Thinley a exposé très simplement deux points de vue sur l’environnement et le problème social. D’abord, comment dans l’avion qui le menait à Delhi, il avait pu observer la fonte des glaciers et la baisse de l’emprise de la végétation sur le sol. Ensuite, sa compréhension de l’individu et de la signification du ‘bonheur’.

Nous sommes des êtres physiques fragiles. Combien de choses (publicités à la télé, fast-food, gadgets et dernières modes, …) peut-on emmagasiner sans devenir fou ?

Le fait que le responsable du Bhoutan se pose cette question est une révélation pour les pays développés. Car à son stade actuel de développement, la question n’est pas aussi pressante que pour les sociétés occidentales. On sait aujourd’hui en effet comment la surconsommation version USA peut déstabiliser les relations sociales, pousser à l’agressivité, la solitude, … On sait peut-être moins bien à quel point la tendance s’est accélérée ces dernières années.

Le Bhoutan suit sa propre voie. Grâce à des centrales hydroélectriques bien conçues, le pays va pouvoir faire rentrer des devises en vendant de l’électricité propre à son voisin indien. Les recettes seront consacrées à l’éducation, à la santé et aux infrastructures. Le pouvoir est déterminé à ce que les bénéfices de la transformation soient répartis sur toute la population, évitant ainsi les disparités régionales ou de revenus. Souhaitons avec Sir Sachs bonne route à la petite monarchie d’Asie centrale. Espérons avec lui que les sociétés de conseil qu’il a engagées à prix d’or ne poussent pas le pays vers la voie classique et erronée du sur-consumérisme occidental !

todayonline.com

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires