Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

les data center du ‘bureau de la planète’ se mettraient-ils au vert ?

/ Asie

Le succès économique de l’Inde repose en grande partie sur sa compétitivité internationale dans les métiers de l’informatique. De nombreux ‘data centers’ qui renferment des serveurs informatiques, voient le jour un peu partout autour des métropoles indiennes. Mais ces centres consomment beaucoup d’énergie, et l’annonce de la certification LEED d’un nouveau data center à Chennai est peut-être le signe d’une nouvelle ère qui commence.

© Andres Rodriguez

Le secteur des télécommunications se place, au niveau mondial, au 5ème rang des professions qui consomment le plus d’énergie. Les émissions générées par le secteur représentent 2,5% des émissions totales mondiales. Cette lourde facture est en grande partie due aux ‘fermes de serveurs’ qui sont nécessaires au fonctionnement des réseaux Internet à l’époque du web 2.0, gourmand en espaces de stockage et services en ligne en tous genres. Le monde entier se pose la question de la réduction de la consommation des Télécoms, mais c’est peut être l’Inde qui a trouvé la solution.

Pour la première fois, un data center a obtenu la marque Gold de LEED, plus haut label de qualité environnementale de ce framework américain. Cette distinction a été obtenue grâce à des efforts au niveau du choix du site, de l’utilisation de l’eau, des équipements métrologiques, de la réduction des émissions de C02, de la gestion des déchets,… La liste est longue.

Nous sommes ravis d’avoir obtenu cette distinction, qui est la concrétisation de nos efforts visant à réaliser des data centers énergétiquement efficaces. Nous sommes déterminés à réduire l’empreinte carbone et l’impact sur l’environnement de nos data centers et de nos bureaux à Chennai, Mumbai et Bangalore.

Ces paroles sont celles de Sharad Sanghi, le CEO de l’exploitant du nouveau centre, la société Netmagic Solutions.

Le projet a obtenu sa certification grâce aux performances suivantes :

>>   la récupération des eaux de pluie pour l’irrigation des espaces verts et l’eau sanitaire. La consommation d’eau potable a d’autre part été réduite de 50% par rapport à un bâtiment classique équivalent grâce à des systèmes de mesure intelligents

>>   la réduction de la consommation des énergies fossiles, notamment grâce à l’incitation au covoiturage, la place importante donnée aux vélos et la mise à disposition de bornes de recharge pour les véhicules électriques

>>   l’utilisation de systèmes d’éclairages économes, qui réduisent la consommation 0,31 Watt/sq.ft

>>   la peinture du toit du bâtiment avec une couleur à forte réflexivité, qui permet de réduire la température dans les locaux de 3 à 4 degrés par rapport à un toit classique, sans prise en compte de la climatisation

>>   l’utilisation de matériaux recyclables pour la décoration intérieure : meubles, faux plafonds, planchers, fenêtres, moquettes, …

Souhaitons pour l’Inde et le reste de la planète que d’autres acteurs du secteur les imitent et nous fassent passer à l’ère de l’internet.vert !

timesofindia.indiatimes.com

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires