Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

54 millions d’hectares de forêts protégés grâce à un programme sans précédent

/ Amérique du sud

Pour financer ce qui s’annonce comme l’un des plus importants projets de protection des forêts au monde, le Pérou pourra compter sur le soutien financier de la Banque Mondiale, de l’Allemagne et des États-Unis, qui s’apprêtent à mettre sur la table la coquette somme de 100 millions de dollars.

© Keith Levit

Créé sous l’impulsion du ministre de l’Environnement péruvien Antonio Brack Egg, le Programme National de Conservation des Forêts pour l’Atténuation du Changement Climatique propose de protéger plus des deux-tiers du couvert forestier du pays, estimé à 72 millions d’hectares. D’abord présentée en 2008 lors de la 14ème conférence des Nations Unies sur le changement climatique, l’initiative a su convaincre la communauté internationale et rallier à sa cause des organismes en mesure de la financer.

Le temps presse : 60 millions d’hectares de forêts ont déjà disparu en Amérique Latine, dont près de 10 millions d’hectares au Pérou. Selon l’Agence de Coopération Internationale Japonaise, la JICA, le taux de déforestation annuelle atteignait 250 000 hectares en l’an 2000 pour le Pérou seul, et oscille aujourd’hui autour de 90 600 hectares. Un net progrès, qu’Antonio Brack Egg juge toutefois insuffisant : il compte arriver à une déforestation nette égale à zéro en l’an 2021. Ces résultats permettraient de réduire les émissions de gaz à effet de serre de 47,5%, bien au-delà de l’objectif de 20% que s’est fixé l’Union Européenne.

Pour y parvenir, le Pérou recevra plus de 20 millions d’euros de la part de l’Allemagne au cours des cinq prochaines années, tandis que les États-Unis apporteront 6 millions de dollars. L’essentiel du financement extérieur provient cependant de la Banque Mondiale, qui s’est engagée à verser 70 millions de dollars dans le cadre de son Programme d’investissements pour la forêt (FIP).

La JICA apporte elle aussi sa pierre à l’édifice, à travers un prêt de 40 millions de dollars remboursables en 30 ans, à un taux annuel de 0,1%. De son côté, le gouvernement péruvien a décidé d’investir 30 millions de dollars annuels, afin de démontrer son engagement en faveur de la protection des forêts.

Les premières actions concrètes ont déjà eu lieu : alors que le pays comptait 230 gardes forestiers en janvier 2009, ils sont 600 aujourd’hui. Les communautés indigènes qui habitent les forêts recevront elles aussi une partie de cette manne financière, afin qu’elles puissent continuer à vivre en harmonie avec leur environnement, tout en le protégeant. Antonio Brack Egg compte également développer l’écotourisme, qui génère actuellement 150 millions de dollars chaque année et connaît une croissance de 25%.

En s’engageant à conserver 54 millions d’hectares, soit près de la moitié de la surface du pays, le Pérou s’apprête à accomplir un effort remarquable, qui permettra de conserver sous forme de biomasse un stock de dioxyde de carbone estimé à 10 milliards de tonnes.

caretas.com.pe

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires