Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

l’île a-t-elle vraiment besoin d’un réacteur nucléaire ?

/ Asie

Dans une illustration de la prolifération du nucléaire – civil – sans précédent, le petit état au sud de l’Inde se déclare décidé à posséder sa centrale nucléaire. Dans un pays qui sort tout juste de 30 ans de guerre civile, la présence de l’atome n’est pas rassurante.

 

© Kheng Guan Toh

Patali Champika Ranawaka, ministre de l’énergie semble déterminé.

Nous réfléchissons au nucléaire dans nos plans pour 2025. Nous ne craignons pas de rationnement de l’électricité pour le moment, mais nous devons nous préparer pour la période post 2020. Construire un réacteur nucléaire pourrait prendre environ 15 ans.

La demande en électricité a fortement augmenté avec le démarrage économique qui a suivi la fin du conflit armé en mai 2009. Au rythme actuel, la demande devrait doubler d’ici 2018.

Le gouvernement aurait déjà engagé des négociations avec la Russie pour se fournir en combustible et rendre les déchets nucléaires à Moscou. D’autre part, le pays est en contact avec l’agence internationale de l’énergie atomique et les pays disposant de réacteurs pour obtenir des formations ainsi que l’expertise technique nécessaires.

Le Sri Lanka est aujourd’hui très dépendant des petites centrales hydroélectriques pour sa production électrique. Cela le met à la merci des caprices de mère nature. Des sécheresses sévères en 1996 et en 2002 ont conduit à une pénurie. L’électricité a été coupée chaque jour jusqu’à 6 heures dans d’importantes zones du pays, y compris la capitale Colombo.

Pourtant, certains doutent de la pertinence de se doter d’une centrale nucléaire pour un pays qui a du mal à gérer les déchets ménagers. Comment va-t-il gérer les déchets autrement plus dangereux de matière fissile ? L’alternative des énergies renouvelables est, quant à elle, balayée en un instant par Ranawaka.

Le problème de l’énergie solaire et de l’éolien est qu’ils ne conviennent pas à notre modèle de consommation. Le Sri Lanka voit sa consommation d’électricité pointer la nuit. Or ces énergies ne sont pas disponibles la nuit, et elles sont très difficiles à stocker.

Si tout se passe selon les souhaits du gouvernement, après une étude préliminaire qui devrait durer 6 mois, le choix du site devrait suivre et la construction débuter rapidement pour une ouverture en 2025.

lankabusinessonline.com

allvoices.com

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers commentaires