Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Les trésors météorologiques des navires de la Première Guerre mondiale

/ Europe

OldWeather.org vient de lancer un nouveau projet en Grande-Bretagne : demander à des bénévoles de passer en revue les journaux de bord de la Royal Navy pour savoir comment le climat a évolué au cours du siècle dernier.

Navire de la Royal Navy, Première guerre mondiale

Le public britannique a en effet été invité à suivre le sillage de quelque 280 navires de la Royal Navy afin de transcrire les données météorologiques, ainsi que d’autres événements, à partir d’images de journaux de bord des navires.

Ces journaux de bord navals représentent une véritable mine d’informations mais comme les données ont été écrites à la main, les ordinateurs éprouvent d’énormes difficultés à les lire

…, regrette le Dr Chris Lintott de l’Université d’Oxford, un des responsables d’OldWeather.org.

En formant une armée de bénévoles pour retracer ces voyages et transcrire les informations enregistrées par les marins britanniques, nous pourrons connaître le climat du passé mais également revivre des moments-clés de l’histoire navale.

Mais pour quelles raisons cette association souhaite-t-elle remuer le passé ?

Les données météorologiques historiques sont vitales car elles nous permettent de remettre en question nos modèles de surveillance du climat de la Terre : si nous savons comment la météo se comportait dans le passé, nous pouvons réaliser de meilleures prévisions à l’avenir

…, explique le Dr Peter Stott, responsable de la surveillance du climat au UK Met Office, le service de météorologie du Royaume-Uni.

Malheureusement, les données historiques sont incomplètes, en particulier avant 1920, et en mer. C’est la raison pour laquelle ce projet est inestimable.

En effet, la plupart des données du passé proviennent de stations météo terrestres qui enregistrent les données de façon systématique depuis plus de 150 ans. Avec les informations météo fournies par les navires de la Première Guerre mondiale, entre 1905 et 1929, les spécialistes auront accès à un réseau de 280 stations météo marines mobiles.

Et pour inciter les bénévoles à se mettre au travail, OldWeather.org a prévu un système de promotion : de rang d’officier à celui de capitaine d’un navire, en fonction du nombre de pages qu’ils transcrivent. De quoi rendre fiers leurs ancêtres combattants !

bbc.co.uk

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires