Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Laissons les tortues sortir des filets!

/ Asie

La Malaisie, l’Indonésie et les Philippines ont créé en 2006 une instance supra nationale pour gérer les ressources et la biodiversité maritime. Grâce à un esprit de coopération rare pour la région, les premiers résultats concrets sont là.

© Olga Khoroshunova

Plus d’un million de tonnes de poissons et crustacés sont pêchés chaque année dans l’’Ecorégion Maritime de Sulu-Sulawesi’ (EMSS). Cet espace maritime et terrestre d’un million de kilomètres carrés supporte 40 millions de personnes et une industrie touristique pesant environ un milliard de dollars. C’est un peu l’Amazonie des océans, avec un réservoir biologique unique au monde. L’EMSS est par exemple le cœur de la région contenant le plus d’espèces de coraux au monde.

Les trois pays de la région ont créé en 2006 un comité pour en gérer les ressources. L’action concrète de ce comité a notamment permis l’introduction massive d’un mécanisme de libération des tortues (TED, Turtles Exclusion Device) dans les filets des pêcheurs.

L’aspect le plus important du TED est qu’il est encore plus avantageux pour les marins pêcheurs que pour la nature. Il permet d’économiser du carburant, d’améliorer la qualité de la pêche et de moins dégrader les filets.

Le docteur Nick Pilcher, membre de ce comité, explique comment grâce à un SAS d’évacuation pour les gros animaux, le TED permet de réduire le poids dans le filet et ainsi d’allier économie et protection de la biodiversité. Les tortues marines qui sont souvent victimes collatérales des grands filets, peuvent ainsi s’échapper.

Une autre avancée est le projet de gestion durable des pêches qui courre de 2009 à 2014. Le projet vise à mieux gérer les stocks de poissons et à conserver la biodiversité locale.

D’après toutes les personnes impliquées, la plus grande réussite du comité est d’avoir un espace de coopération supra nationale sur un sujet aux enjeux économiques et écologiques majeurs. Dans une région dominée par les conflits territoriaux et les antagonismes laissés par une histoire chargée, cet espace de dialogue ne peut que profiter à la biodiversité maritime.

globalnation.inquirer.net

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires