Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Le classement des villes les plus vertes

/ Amérique du sud

À l’initiative de la revue britannique The Economist et de l’entreprise allemande Siemens, 17 des plus grandes villes d’Amérique latine ont été évaluées selon des critères de développement durable. La ville brésilienne de Curitiba arrive largement en tête du classement, tandis que Guadalajara, au Mexique se voit attribuer la dernière position.

© Daniel Nudelman

Présenté dans la ville de Mexico à l’occasion du Sommet Mondial des Maires sur le Climat (CCLIMA), le Green City Index (CGI) cherche à promouvoir les politiques d’urbanisation durable auprès des dirigeants des grandes métropoles. Pedro Miranda, cadre supérieur chez Siemens et directeur de l’étude, espère que ce nouvel outil permettra

(…) de mieux connaître les situations respectives et de favoriser l’échange de stratégies dont l’efficacité a été évaluée sur une base objective.

L’amélioration du bien-être des citadins n’est pas le seul objectif : les villes génèrent à elles-seules 80% des émissions de CO2 au niveau mondial et ont un impact majeur sur l’environnement.

La méthodologie employée est basée sur celle utilisée en Europe l’année dernière lors d’une étude similaire. Le titre de ville la plus ‘verte’ avait alors été décerné à Copenhague, capitale du Danemark. L’évaluation s’appuie sur huit critères, dont chacun a donné lieu à un classement distinct :

- Énergie et CO2

- Transports

- Eau

- Qualité de l’air

- Utilisation des espaces et constructions

- Déchets

- Assainissement

- Gestion environnementale

Curitiba, la capitale de l’État brésilien du Paraná, arrive en tête du classement avec une bonne longueur d’avance sur ses rivales. Cette ville de 1,7 millions d’habitants a mis en place une politique à long terme de gestion de l’immigration et de planification du trafic automobile depuis les années 60 qui lui a permis d’obtenir des résultats largement supérieurs à la moyenne en termes de normes environnementales. Curitiba est la seule candidate ayant atteint le niveau 1 du classement (très bon).

Au niveau 2 (bon), on trouve Bogotá, la capitale de Colombie, ainsi que quatre villes brésiliennes : Brasilia, Belo Horizonte, Rio de Janeiro et São Paulo.

Medellín (Colombie), Mexico, Puebla et Monterrey (Mexique), Porto Alegre (Brésil), Quito (capitale de l’Équateur) et Santiago du Chili figurent quant à elles parmi les métropoles jugées ‘acceptables’ (niveau 3).

Les villes de Buenos Aires (Argentine) et de Montevideo (Uruguay) ne dépassent pas le quatrième niveau, en dessous de la moyenne, tandis que la ville mexicaine de Guadalajara et la capitale péruvienne Lima arrivent en dernière position, au niveau 5.

On note bien sûr une forte percée du Brésil, dont la politique d’urbanisation et de préservation environnementale menée depuis plusieurs décennies a porté ses fruits. Les résultats satisfaisants obtenus par la capitale mexicaine constituent l’autre grande surprise de ce classement, rendue possible par une amélioration importante de la qualité de l’air au cours des dernières années.

Pour en savoir plus : Le Rapport ‘Latin American Green City Index’

efeverde.com

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires