Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

La nourriture plus chère avec le réchauffement climatique

/ Amérique du nord

Même si nous pouvions arrêter le réchauffement climatique maintenant, les prix de l’alimentation ont commencé à augmenter et pourraient doublé d’ici 2050, accompagnés d’un fléau de malnutrition.

© Aristide Bergamasco

Le chercheur Gerald Nelson de l’Institut de recherche en politique alimentaire internationale prédit un avenir bien sinistre pour l’agriculture en 2050. Quinze scénarios de changement de population et de revenus créés par un programme informatique s’accordent à montrer que le réchauffement climatique affectera fortement le bien-être des populations et particulièrement des plus pauvres. Une diminution de la production due aux conditions climatiques et une augmentation de la demande à cause de la population croissante conduiront sans aucun doute à une hausse impressionnante des prix.

Les zones agricoles les plus propices à la crise sont l’Afrique sub-saharienne, l’Asie du Sud et certaines régions de l’Amérique latine. Les Etats-Unis pourraient aussi être touchés.

Même dans le cas improbable d’une élimination complète des gaz à effet de serre, le prix de l’alimentation de base augmentera avec la hausse de la demande, 18% dans les scénarios optimistes, 34% dans le pire des cas. Avec les gaz à effet de serre toujours présents, le réchauffement climatique agira comme un facteur démultiplicateur et risque d’augmenter la population d’enfants mal nourris de 25 millions.

Jusqu’en 2050, les avancées technologiques contrebalanceront peut-être les problèmes de production agricole, mais deviendront insuffisantes après 2050.

Seul un meilleur contrôle des émissions de gaz à effet de serre peut venir en aide aux agriculteurs pour s’adapter au changement de climat. On estime qu’il faudra dépenser 7 milliards de dollars de plus par an pour la recherche en agriculture et en système d’irrigation et d’infrastructures. Des informations recueillies par satellite et directement auprès des populations seront aussi nécessaires pour découvrir comment les zones agricoles auront évolué et pouvoir comprendre l’état du monde.
time.com

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers commentaires

  1. Tupayo

    Je pense que c’est peu être vrai dans certains pays chauds, encore que s’il fait plus chaud il y aura souvent plus de pluie. Mais ce n’est certainement pas vrai pour le monde entier. En effet tout degré de plus fait monter plus au nord de 140 km une aire de culture, or en superficie les terres sont surtout situées au nord tout le nord des états unis, le Canada, les pays scandinaves, toute la Sibérie auront plus de terres cultivables et fertiles. Cela représente d’immenses surfaces, bien plus grande que les petites iles qui risquent d’être immergées.

  2. Tupayo

    Je pense que c’est peu être vrai dans certains pays chauds, encore que s’il fait plus chaud il y aura souvent plus de pluie. Mais ce n’est certainement pas vrai pour le monde entier. En effet tout degré de plus fait monter plus au nord de 140 km une aire de culture, or en superficie les terres sont situées plus au nord tout le nord des états unis, le Canada, les pays scandinaves, toute la Sibérie auront plus de terres cultivables et fertiles. Cela représente d’immenses surfaces, bien plus grande que les petites iles qui risquent d’être immergées.