Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Grande avancée pour la lutte contre la sclérose en plaques

/ Europe

Des scientifiques ont redonné espoir à des milliers de Britanniques souffrant de sclérose en plaques après une découverte révolutionnaire dans le développement de traitements permettant de freiner ou de stopper la maladie, annonce le Herald Scotland.

© Marilyn Barbone

L’Écosse, qui présente l’un des taux les plus élevés de sclérose en plaques au monde (pour des raisons inconnues), a dépensé des millions de livres et de nombreuses années à essayer de trouver un traitement à la maladie qui toucherait 10 000 personnes rien que dans ce pays. Aujourd’hui, des scientifiques des Universités d’Édimbourg et de Cambridge ont annoncé qu’ils avaient découvert des molécules de cellules souches qui, sous stimulation, peuvent réparer les dommages nerveux dans le cerveau.

La cure potentielle sera expérimentée sur des patients souffrant de sclérose en plaques sur le site d’Édimbourg, construit avec l’aide des 10 M£ (12 M€) de dons faits à la Fondation JK Rowling, la créatrice d’Harry Potter, dont la mère est décédée à l’âge de 45 ans d’une sclérose en plaques.

La sclérose en plaques, qu’est-ce que c’est ? Le système immunitaire attaque la myéline qui protège les fibres nerveuses du cerveau et de la moelle épinière, entraînant la perte de contrôle des muscles. La majorité des personnes contractant cette maladie est jeune (entre 20 et 40 ans) et doit être aidée dans les plus simples tâches de la vie quotidienne, comme les repas ou les bains. Après diagnostic, l’état de la personne atteinte dégénère rapidement. Elle devra quitter son emploi dans les cinq ans et aura besoin d’une assistance mobilité dans les 15 ans.

Il s’agit de la découverte la plus fascinante que j’ai faite en 10 ans de travail

…, a annoncé le professeur Charles French-Constant, du Centre de lutte contre la sclérose en plaques de l’Université d’Édimbourg.

Nous aimerions pouvoir stopper totalement les symptômes de la maladie mais c’est un défi complexe.

Après avoir identifié la molécule qui permet de lancer le processus de guérison lors d’expérimentations sur des rongeurs, il estime que la fabrication d’un médicament efficace sur l’homme devrait être possible.

Cela représente un travail considérable mais les scientifiques le font régulièrement. En général, il faut attendre 10 ans entre la découverte d’une molécule cible et l’arrivée du médicament en clinique.

heraldscotland.com

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires