Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Des centres de distribution d’oxygène pour les villes les plus polluées?

Inde / / Asie

Certains en Inde s’insurgent contre le ‘tout PIB’. Selon beaucoup, cette obsession sacrifie l’harmonie sociale et l’environnement. Un célèbre activiste propose plutôt de se focaliser sur un indice de ‘Productivité Environnementale Brute’ afin d’éviter des conséquences néfastes, qui pourraient finir par rendre nécessaires des centres de distribution d’air pur dans les villes les plus polluées.

Bouteille d'oxygène © Michael Ransburg

Il y a quelques décennies, personne n’aurait imaginé qu’un jour, on distribuerait l’eau potable dans des bouteilles. Il n’est pas impossible qu’à l’avenir, il soit nécessaire de mettre en place des centres de distribution d’oxygène dans les métropoles les plus polluées.

Ces paroles un peu alarmantes viennent de l’activiste de la cause environnementale Anil P. Joshi, à qui le gouvernement indien a décerné le Padma Shree, décoration civile de niveau national. Décoré pour sa contribution dans la réduction de la pauvreté dans les zones rurales, il s’intéresse de plus en plus à l’environnement.

La plupart de nos rivières sont asséchées, l’air est pollué, les sols perdent en fertilité à cause de l’utilisation massive des engrais chimiques.

Son constat fait sur le terrain après des années passées à sillonner son pays, est grave. Pour arrêter le massacre, il propose de stopper la course à la croissance du PIB.

Et il n’est pas le premier. Récemment, Amartya Sen, prix Nobel d’économie, a déclaré que l’obsession des élites de rattraper la Chine en matière de croissance économique annuelle était « stupide ». Quelle gloire y a-t-il à enrichir les plus riches, si des millions d’enfants continuent de souffrir de malnutrition ?

Joshi va plus loin.

La croissance d’une nation devrait être mesurée à l’aune des progrès réalisés chaque année en matière d’environnement, et à la progression de la quantité de nourriture qu’on a pu mettre à disposition des plus pauvres.

Pour cela, il faut selon lui remplacer le Produit Intérieur Brut (PIB) par un indice de type ‘Productivité Environnementale Brute’ (PEB). Reste à savoir si le professeur a pensé à une méthode de calcul fiable sur laquelle l’administration pourra se baser pour formuler ses politiques !

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires