Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

La coca saisie servira d’engrais au lieu d’être incinérée

Bolivie / / Amérique du sud

Près de 700 kilos de feuilles de coca ont servi à élaborer un fertilisant organique, dans le cadre d’un projet pilote mené par le gouvernement de Bolivie. Cette technique permettrait de valoriser les milliers de tonnes détruites chaque année plutôt que de les voir partir en fumée.

Feuilles de Coca

C’est dans la ville tropicale de Coritipa, à 116 km au nord-est de La Paz, que les premiers essais ont eu lieu.

L’engrais obtenu est excellent, […] Les analyses ont indiqué de bons résultats et nous pensons que ces feuilles de coca devraient être transformées en fertilisant pour soutenir la production agricole

…, a déclaré Luis Cutipa, chef de la Direction Générale de Contrôle de la Coca et de l’Industrialisation (Digcoin).

Totalement naturel, le nouvel engrais a été élaboré à partir de coca, de fumier de poules, de déchets organiques et de feuilles de légumineuses. La qualité du produit obtenu a été évaluée par l’université publique Mayor de San Simón, dans la région centrale de Cochabamba, qui a estimé que ce nouveau fertilisant était meilleur encore que l’humus de lombric. Il devrait être utilisé prochainement dans les jardins et dans les espaces verts des villes de Coripata et Shinaota, ainsi que pour la production légale de coca et d’agrumes.

Cette région constitue le fief syndical du président Evo Morales, qui a modifié la constitution de son pays en 2009 afin de

protéger la coca autochtone et ancestrale comme patrimoine culturel, ressource naturelle renouvelable de la biodiversité de Bolivie et facteur de cohésion sociale

…, en affirmant

qu’à son état naturel, il ne s’agit pas d’un produit stupéfiant.

Ce texte entre en contradiction avec la loi antidrogue bolivienne, qui prescrit l’incinération des feuilles saisies, financée en partie par la Section des Affaires Narcotiques (NAS) de l’ambassade des États-Unis à La Paz. Environ 445 tonnes ont été brûlées cette année, et 680 tonnes sont toujours en attente dans des entrepôts de l’état. En Bolivie, 20 000 hectares de coca sont cultivés de manière légale, tandis que la surface exploitée par les narcotrafiquants est estimée à 10 000 hectares.

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires