Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Les premiers poulets génétiquement modifiés voient le jour

Royaume-Uni / / Europe

Des scientifiques britanniques ont créé les premiers poulets génétiquement modifiés au monde qui ne propagent pas la grippe aviaire.


S’exprimant dans la revue Science, l’équipe à l’origine de cette découverte affirme avoir prouvé qu’il était possible de créer toute une variété d’animaux d’élevage génétiquement modifiés résistants aux maladies virales.

L’équipe de recherche a inséré un gène artificiel chez les poulets afin d’introduire une toute petite partie du virus de la grippe aviaire dans leurs cellules. Ces oiseaux sont alors infectés mais rendent le virus inoffensif aux autres volailles. L’équipe estime que cette modification génétique ne nuit ni aux poulets, ni aux personnes susceptibles de déguster ces volailles.

Le Professeur Helen Sang de l’Université d’Édimbourg a déclaré à BBC News que la modification génétique pourrait devenir un meilleur moyen de défense contre les vaccins que la vaccination, car la technique de modification génétique fonctionne même en cas de mutation du virus.

Les chercheurs pensent également que cette technologie peut relancer la production alimentaire et réduire les coûts.

L’alimentation mondiale va devenir un véritable problème au fur et à mesure de l’accroissement de la population, car la demande et les prix vont augmenter

…, prévient le Professeur Sang.

Toujours selon elle, la modification génétique pourrait avoir des avantages sur la santé des humains. Si moins d’animaux sont porteurs de virus, ces derniers auront moins de chance de muter vers une forme potentiellement fatale aux humains et ainsi créer une pandémie.

Mais cette annonce n’a pas forcément été bien accueillie dans l’industrie de la volaille. Peter Bradnock du Conseil britannique de la volaille (British Poultry Council) estime qu’il faudra d’autres recherches pour connaître l’effet à long terme sur les animaux d’élevage avant que les producteurs alimentaires puissent utiliser la technologie.

Alors seulement, les entreprises pourront évaluer la réaction des consommateurs face à ce procédé :

Nous devons lancer un débat pour savoir si la société souhaite manger des animaux génétiquement modifiés, même s’il y a beaucoup d’avantages potentiels

…, a-t-il déclaré à BBC News.

De toute façon, si l’industrie alimentaire britannique souhaitait utiliser la technologie de modification génétique au Royaume-Uni, elle devrait tout d’abord en demander l’autorisation à l’Agence des normes alimentaires (Food Standards Agency, FSA). Celle-ci devrait alors réaliser une évaluation de sécurité minutieuse avant que ces produits génétiquement modifiés puissent être commercialisés. De plus, les produits devraient être étiquetés de sorte à ce que les consommateurs puissent faire un choix informé sur ce qu’ils mettent dans leur assiette. Maintenant toute la question est de savoir si les Britanniques sont prêts à manger des OGM?

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires

  1. Lamentable ! L’alimentation mondiale ne va devenir un problème que si les gens continuent à manger de la viande au-delà de ce que les terres cultivables peuvent fournir ! Manger des animaux ou manger les céréales et les légumineuses que nous donnons aux animaux : il va falloir choisir. Il faut 7 protéines végétales pour “fabriquer” une protéine animale.