Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Le massacre des kangourous, écolo ou greenwashing?

/ Océanie

Les kangourous sont décimés presque impunément en Australie. Perçus comme des parasites détruisant les récoltes, leur abattage constituent une source viable de viande réduisant par là-même les émissions de gaz à effet de serre.

Le kangourou est une espèce menacée en Australie.

C’est l’idée répandue par l’industrie d’exploitation du kangourou – qui rapporte 270 millions de dollars par an – relayée par les medias, le gouvernement et les fermiers, et généralement acceptée par grand nombre d’Australiens. Tant que l’opinion publique croira que le kangourou est un danger et une viande ‘écolo’, il sera la victime du plus grand massacre commercial sur terre.

On estime que 10 à 18% des kangourous sont tués par le massacre ‘officiel’, sans compter les morts isolées. Leur population est bien inférieure à celle de départ quand les premiers Européens ont débarqués (seulement 25% restant).

Il n’y a pas de preuves sur les dégâts réellement causés par les kangourous, qui font partie de l’écosystème australien depuis des millions d’années. Sans l’intervention de l’homme, qui modifie les paysages et les sols, le kangourou serait le parfait herbivore pour ce type de pays.

C’est aussi parce que l’homme s’est accaparé la nature par l’agriculture que le kangourou est contraint de s’aventurer dans les fermes et de se nourrir de certaines récoltes, et encore, seulement en période de forte sécheresse.

De plus, beaucoup affirment aussi que le kangourou est une alternative écologique à la viande de boeuf ou de mouton, car, n’ayant pas de sabots et vivant à l’état sauvage, il abîme moins l’environnement. Mais si tous les Australiens ne mangeaient plus que du kangourou, il faudrait en tuer 96 millions par an, alors que la population actuelle de kangourou n’est que de 28 millions. Solution viable, vraiment ? Les kangourous tués sont souvent les plus gros, car on en obtient plus de viande, ce qui pourrait affaiblir l’espèce. De plus, il semble que les kangourous sauvages ne puissent pas être mis en élevage, et cela rend impossible l’augmentation suffisante de la population de kangourous pour répondre aux besoins en viande.

Les kangourous n’abîment pas l’environnement, ils en sont un élément-clé. Leur massacre n’a aucun impact positif sur l’environnement et le bon sens inciterait au contraire à en introduire davantage afin de rétablir l’écosystème.1

1. L’auteur s’appuie sur trois ouvrages australiens pour soutenir que les kangourous ne sont pas un danger pour l’environnement :

Ben-Ami, D., A Shot in the Dark: a report on kangaroo harvesting (Animal Liberation, Sydney, 2009)

Croft, D., and Wilson, M., (eds) Kangaroos: Myths and Realities 3rd edition (Australian Wildlife Protection Council, Melbourne, 2005)

Sutterby, N., Decimation of an icon (Australian Society for Kangaroos, Castlemaine, 2008)

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires

  1. G'day!

    Effectivement Krok, l’article me semble assez orienté dés le départ. Visiblement c’est du recyclage d’articles sans aucune vérification. L’abattage des kangourous pour la consommation humaine est très stricte en terme de territoire de chasse, d’animaux prélevés (5% du cheptel évalué d’une région, les quotas sont rarement atteints faute de chasseurs agréés, et toutes les prises sont baguées), et de norme sanitaire.
    En Australie Occidentale par exemple, grand comme 6 fois la France env. il y a en tout en pour tout a peu prés 300 chasseurs… qui sont cantonnés sur quelques territoires de chasse grands comme un département…. on a du mal à croire qu’ils puissent à eux seuls éteindre l’espece.. (repartie en 42 sous espece, interdites de chasse à part 5 qui sont le plus répandu). La réalité de la défense des kangourous est toute autre. Si les australiens se mettaient à manger du kangourou, ceci voudrait dire baisse des ventes de viande de boeuf…de soja, de transport, de vaccins, d’eau, d’abatoire, de congélateurs….. Le lobby de la viande australien est même arrivé à faire interdire la consommation de viande de kangourou en australie, jusque dans les années 70 suite à une supposée intoxication alimentaire… De plus l’abattage des animaux est rapide et propre dans son milieux naturel. à l’inverse de la vache qui doit prendre la route de l’ abatoire avec tout le stress que cela induit

  2. Ce qui est incroyable, c’est que PERSONNE ne remette en cause la viande pour se nourrir ; si je comprends bien, les australiens en sont à se demander s’il vaut mieux manger du bœuf OU du kangourou ? Entre les barrages provoquant des inondations et les incendies provoqués par la sécheresse elle-même provoquée par le réchauffement climatique, décidément, il va falloir combien de catastrophes pour que l’espèce humaine apprenne la modération ?