Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Découverte de glace combustible dans les fonds marins

Chine / / Asie

La Chine a découvert de la glace combustible dans ses fonds marins. Cet hydrate de méthane est une source potentielle d’énergie qui inquiète les experts, car elle serait encore bien plus polluante que le charbon. Mais une très récente découverte en mer, après celle d’un gisement terrestre en 2008, pousse les autorités à envisager le développement de la filière.

Combustion d’hydrate de méthane (USGS). Cadre en haut à gauche : structure du clathrate.

Lors d’une ‘Réunion d’échange sur les résultats des recherches de gisements pétroliers’ organisée par le bureau de recherche géologique le 19 janvier dernier, les activités de l’année passée ont été communiquées. En 2010, la mission confiée à ce bureau était intitulée ‘Faire des découvertes majeures de nouvelles sources de pétrole, assurer l’augmentation des ressources pétrolières du pays’. Pourtant, ce qui a retenu l’attention des médias présents lors de la réunion est la déclaration d’une découverte d’un autre combustible, qui intéresse fortement le pays.

La glace combustible est un hydrate de méthane. Son utilisation comme source d’énergie est tout à fait envisageable, mais inquiète les experts du réchauffement climatique. Son extraction tout comme sa combustion risquent de relâcher des quantités phénoménales de méthane, un gaz dont l’effet de serre est beaucoup plus important que celui du CO2.

Et pourtant, la Chine envisage sérieusement une exploitation à grande échelle. Car outre la découverte annoncée le 19 janvier, des gisements terrestres ont été identifiés dès 2008. Ils sont situés sur les monts Qilian, une chaîne de montagnes qui s’étend sur les provinces du Gansu et du Qinghai. Le développement des sources d’énergie non conventionnelles est inscrit au douzième plan : gaz de schiste, sables bitumeux et glaces combustibles sont au programme.

Cependant, la difficulté d’exploiter cette nouvelle source d’énergie rassure. Car la Chine n’est pas le premier pays à songer à l’utiliser. L’Allemagne, la Corée du Sud ou le Japon ont depuis plusieurs années des programmes de recherche en la matière. Et tous butent sur le même problème : pas facile d’extraire la glace combustible, que ce soit en fonds marins ou dans les zones de toundra où elle est présente en quantité. Peut-être les années de recherche qui sont encore nécessaires permettront aux énergies renouvelables de devenir si performantes qu’elles rendront l’utilisation de ces glaces non-économique quand elle deviendra possible.

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers commentaires