Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Le bouchon en liège, un débouché pour les forêts

Espagne / / Europe

Frappé par la crise due à l’arrivée des bouchons synthétiques, le secteur du liège tente de préserver la dehesa, un écosystème propre à l’Espagne et au Portugal. Écologistes et sommeliers défendent à l’unisson le traditionnel bouchon en liège.

Le bouchon en liège est garant d'un écosystème particulier © Darren Fisher

Avec ses vastes prairies boisées de chênes verts et de chênes-lièges, la dehesa constitue un milieu unique où cohabitent animaux sauvages (cerfs, sangliers, lapins…) et animaux domestiques emblématiques tels que le taureau de combat ou le porc ibérique.

La dehesa fournit aux habitants d’Andalousie et d’Estrémadure une multitude de produits, allant du miel au bois, en passant par le liège et le jambon. Elle offre en même temps un habitat préservé à de nombreuses espèces animales et végétales, et représente depuis des siècles un modèle d’exploitation durable de la nature.

Cet équilibre risque pourtant d’être bouleversé par l’arrivée sur le marché des nouveaux bouchons synthétiques qui, selon le WWF, pourraient entraîner la disparition des 3/4 des forêts de chênes-lièges méditerranéennes au cours des dix ans à venir. D’abord utilisés en Argentine, au Chili, en Australie et aux États-Unis, les bouchons en plastique ou en silicone ont fini par conquérir le Vieux continent, mettant en péril la production espagnole et portugaise, qui représente 80% du marché mondial.

En Espagne, on ne trouve déjà plus de bouchons en liège sur la plupart des bouteilles de moins de 6€. Seuls les vins de 12€ ou plus résistent à la tendance. Même le vin mousseux, principal refuge des producteurs de bouchons de liège, risque de se moderniser, avec la création d’un nouveau bouchon en aluminium, le Maestro. Conçu par la célèbre maison Duval-Leroy, il est équipé d’un levier qui simplifie l’ouverture des bouteilles de champagne, tout en conservant le son caractéristique qui accompagne ce rituel.

Acculés, les producteurs espagnols réclament un plan de sauvetage de la filière, estimé à 70 millions d’euros. Le Portugal a montré l’exemple récemment, en déboursant près de 180 millions d’euros d’aides.

Les écologistes signalent que le liège de la dehesa est un produit durable, le label FSC garantissant la gestion responsable des ressources forestières mises à contribution. De leur côté, les sommeliers ont profité du dernier congrès de gastronomie de San Sebastian pour rappeler que l’interaction entre le liège et le vin est essentielle. En permettant un apport lent et continu en oxygène, le bouchon de liège contribue en effet à l’excellence du vin.

Synonyme de qualité, il restera encore longtemps une valeur sûre pour les caves renommées, qui préfèrent accompagner leurs grands vins d’un produit naturel.

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers commentaires