Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Reliance veille sur la biodiversité marine

Inde / / Asie

Le géant industriel indien Reliance a investi dans le Centre National pour la Biodiversité Maritime (CNBM), une initiative du gouvernement central. Une action qui relève de la Responsabilité Sociale pour une entreprise souvent critiquée.

Le CNBM, qui sera établi dans la ville de Jamnagar (état du Gujarat), va être doté d’un budget de 200 millions de roupies (environ 3,2 millions d’euros). Le ‘partenariat public-privé’ qui va donner lieu à ce grand projet a été annoncé par le ministre de l’écologie Jairam Ramesh lors d’une conférence de presse à Jamnagar. Selon lui, le CNBM sera le premier centre d’excellence pour l’étude de la biodiversité des côtes indiennes.

Grâce à la présence du plus grand groupe industriel privé du pays à nos côtés, le centre a le potentiel pour devenir une institution reconnue au niveau international (…) Aucun institut de recherche ne peut être géré à long terme par le gouvernement. L’investissement initial de 200 millions de roupies sera porté à 50% par le gouvernement et à 50% par le groupe Reliance. Des fonds supplémentaires seront accordés quand le besoin sera là.

La plus grosse raffinerie de pétrole mondiale est justement située à Jamnagar. Elle est opérée par… Reliance Industries. Ramesh a tenu à clarifier les choses.

La participation de Reliance dans le CNBM, initiative relevant de la responsabilité sociale de la société, ne signifie pas que par ailleurs le gouvernement lui donne toute liberté pour polluer. Ambani (le PDG de Reliance) devra continuer à se conformer aux lois environnementales en vigueur.

C’est que Mukesh Ambani, l’homme le plus riche d’Asie et le 4ème plus riche au monde, se trouve régulièrement au centre de vives critiques, notamment pour son mode de vie peu commun. Il a ainsi inauguré l’an dernier la tour privée Antilia, de 27 étages, dans laquelle il vit désormais avec sa famille de 6 personnes et… 600 domestiques. Indécent selon beaucoup, alors que l’Inde abrite 42% des enfants sous-alimentés de moins de 5 ans…

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers commentaires