Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Construction d’une ligne de métro à sustentation magnétique

Chine / / Asie

Avec ses embouteillages légendaires, Pékin a décidé d’investir massivement dans les transports en commun. Début mars, une cérémonie pour le lancement des travaux de 8 nouvelles lignes de métro a été très suivie par les médias nationaux. Parmi ces huit chantiers, il y a la première ligne à sustentation magnétique de technologie chinoise.

Train à sustentation magnétique au Japon © Johan Burati

La ligne S1 reliera la station de Shimenying située dans la banlieue de Mentougou à celle de Pingguoyuan du quartier de Shijingshan. D’une longueur de 10,2 kilomètres, elle va utiliser la technologie développée par l’université nationale des technologies militaires de Pékin. Chang Wensen, responsable du projet, déclare rayonnant devant les caméras du pays entier :

les trains à sustentation magnétique n’ont pas de roues. Les voitures et le rail ne sont pas en contact, ce qui rend le système extrêmement silencieux. C’est le plus grand apport de technologie dans le cadre du transport urbain.

Cette ligne de vitesse moyenne est la seconde au monde, après une ligne similaire construite au Japon. Le Transrapid de Shanghai de technologie allemande est une ligne très différente puisqu’il s’agit d’un train à très grande vitesse (supérieure à 400 km/h).
Chang Wensen s’est voulu rassurant sur l’impact des rayonnements magnétiques sur la santé des habitants le long de la ligne. On souvient des nombreuses plaintes qui avaient été déposées lors de l’annonce du projet d’extension du Transrapid de Shanghai vers la ville de Hangzhou. Elles avaient contribué à l’échec de ce grand chantier emblématique. Mais les pékinois semblent plus détendus.

L’académie des sciences a réalisé de nombreuses études et il est prouvé scientifiquement que les rayonnements ne sont pas dangereux pour la santé. Nous installerons dans les trains des indicateurs de la force du champ magnétique afin de rassurer les usagers

Il serait dommage que la réduction des émissions de CO2 engendrée par la multiplication des alternatives à la voiture, se transforme en une pollution magnétique encore plus dangereuse…

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers commentaires