Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Le marché bio d’Angie Ferrazzini, un endroit pas comme les autres

Argentine / / Amérique du sud

Angie a fait du développement durable son cheval de bataille et sa passion pour les marchés l’a poussée à créer un lieu où l’on peut à la fois venir faire ses courses directement auprès des producteurs, s’informer et participer à des ateliers. Son association propose aussi des micro-crédits destinés à soutenir la production artisanale.

Tous les samedis, les habitants du quartier de San Isidro peuvent venir faire leurs courses directement auprès de petits producteurs, essentiellement des maraîchers travaillant en agriculture bio. Un luxe appréciable, car les fruits et légumes cultivés de manière naturelle sont difficiles à dénicher en Argentine et restent introuvables dans les rayons de la grande distribution. Ce marché pas comme les autres, ils le doivent à l’engagement d’Angie Ferrazzini, une journaliste du quartier qui a formé il y a sept ans un réseau de producteurs et leur a donné la possibilité de vendre leurs produits directement auprès des consommateurs.

Baptisé Sabe la Tierra (la Terre sait), son projet s’est étoffé au fil des ans en intégrant des créateurs de mode durables, des artistes écolo, des coopératives de travailleurs et divers projets sociaux. L’alimentaire représente toujours l’essentiel des produits proposés et il est possible de se restaurer (bio bien sûr) sur place au bar, ou sur le stand proposant des aliments pour les crudivores. Sabe la Tierra propose également un secteur consacré à la production textile artisanale, où sont exposés des habits écologiques.

Angie croit fermement aux principes du commerce équitable et de la consommation locale : tous les membres de l’association vivent dans un rayon de 100 km maximum et produisent eux-mêmes les objets et denrées vendus sur le marché.

Différentes activités orientées vers le développement durable et l’écologie sont proposées au public tout au long de l’année. En ce moment, il est possible d’apprendre à tresser l’osier avec les vanniers de San Fernando, de confectionner des sacs écologiques à partir de papier de revues grâce aux ‘entrepreneuses de San Isidro’, tandis que la professeure d’horticulture Sonia Pérez aborde divers aspects de ce domaine tous les week-ends.

Sabe la Tierra va plus loin et propose désormais des microcrédits destinés à financer des projets de production locale, grâce à un partenariat avec la Banque Banco de la Buena Fe.

Ce nouveau programme à déjà permis à 50 projets de voir le jour.

Angie explique que

Le crédit est offert à des groupes de personnes, puisqu’il est basé sur la confiance mutuelle et la solidarité. Il s’agit d’une aide financière permettant d’acheter la matière première et de commencer à produire.

Sabe la Tierra ouvre ses portes tous les samedis entre 10h et 19h dans la Gare San Fernando del Tren de la Costa, au 1 000 de l’avenue Libertador.

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires