Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Une gouvernance mondiale de l’environnement? Oui, si les Nations-Unies jouent leur rôle

Finlande / / Europe

Mettre en place une gouvernance mondiale pour l’environnement est une question qui intéresse sérieusement la Finlande. Sa ministre de l’Environnement, à la tête de l’International Environment Group, s’est rendue en Inde au Sommet du Développement durable. Convaincue que nous sommes sur la bonne voie, elle plaide pour que l’influence des Nations-Unies fasse avancer les choses à Rio l’an prochain.

Pour trouver des solutions aux défis environnementaux au niveau international, nous avons besoin que les Nations Unies jouent pleinement leur rôle.

Telle était la teneur du discours tenu au sommet du développement durable de Delhi par Paula Lehtomäki, la ministre de l’Environnement finlandaise.

S’il y a une gouvernance internationale pour l’environnement, elle est disséminée et inefficace. Notre système multilatéral dispose de trop peu de ressources. Cependant, les bons résultats obtenus à la fois au sommet de la biodiversité de Nagoya et au sommet du changement climatique de Cancún montrent qu’en s’associant, la communauté internationale est capable de résoudre ces questions d’environnement, et qu’elle en a la volonté.

Paula Lehtomäki dirige l’International Environment Group avec le ministre de l’Environnement du Kenya. Ce groupe de travail vise le renouvellement de la gouvernance internationale sur l’environnement. Leur rapport, remis au Conseil de Gouvernement de l’UNEP le 21 février dernier à Nairobi, plaident pour un renforcement du programme environnemental des Nations-Unies. Et pour mettre en œuvre les accords internationaux sur l’environnement, les pays en développement doivent bénéficier de son entier soutien.

De fait, il faudra que cette gouvernance appuie très solidement la conférence de Rio, dont ce sera la 20ème édition l’an prochain.  Au programme, la croissance durable et le développement des entreprises à faibles émissions de CO2.

Or pour la ministre, l’exemple finlandais montre que l’utilisation soutenable des ressources naturelles ne va pas à l’encontre de la compétitivité ou du progrès social. Des études internationales indiquent au contraire que l’enseignement, la santé, la qualité de la vie, le développement économique et la stabilité politique ont un très bon niveau en Finlande. Par exemple, le programme de consommation et de production durable finlandais, en place depuis 2005, est  l’un des tous premiers au monde.

La Finlande a un solide savoir-faire technologique dans des domaines comme l’efficacité énergétique et le traitement de l’eau. D’autres régions du monde l’appliquent

…, souligne Lehtomäki.

Depuis ses débuts en 2001, le sommet annuel du développement durable de Dehli est devenu l’une des plus éminentes manifestations sur le développement durable au monde. Des décisionnaires politiques, des chercheurs, des organisations internationales et des sociétés s’y retrouvent pour débattre des occasions d’améliorer le développement durable.

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers commentaires