Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Il faut mieux cibler les fonds contre le réchauffement climatique

/ Océanie

Niue, ravagée en 2004 par un cyclone, est le symbole parfait pour la 3ème table ronde du Pacifique sur le réchauffement climatique. État des lieux et discussion des politiques d’adaptation sont au programme.

En 2004, le cyclone Heta s’était abattu sur Alofi, la capitale de Niue. L’hôpital, le musée et plus de 40 bâtiments et maisons à 25m au dessus du niveau de la mer avaient été détruits. Depuis, les arbres ont repoussé, l’hôpital est reconstruit, mais les ruines en béton du musée témoignent encore de la vulnérabilité face au climat.

100 délégués de 17 pays se sont réunis cette semaine pour la 3ème table ronde du Pacifique sur le réchauffement climatique. Les petits états insulaires sont les premières victimes et les problèmes (alimentation en eau potable, dévastation des cultures) ont commencé. La table ronde permet de faire se rencontrer ONGs, donateurs et gouvernements, d’évaluer les progrès et de développer les politiques d’adaptation.

Le thème principal est la « Mobilisation des fonds du réchauffement climatique pour le Pacifique ». Malgré les promesses de Cancun, les financements urgents ne sont pas encore arrivés et les initiatives trop nombreuses diminuent l’efficacité des dons. Comme le dit ironiquement le Premier Ministre Toke Talagi, place à l’action plus qu’aux promesses :

C’est déjà difficile de déchiffrer tous les acronymes, sans chercher à comprendre comment ils peuvent nous aider !

Le réchauffement climatique est reconnu mondialement comme le plus grand défi de notre époque. Il affecte tous les aspects du quotidien et aura un impact dévastateur sur le long terme. Les tremblements de terre en Nouvelle-Zélande et au Japon, doublé du tsunami, les inondations en Australie et les cyclones ne sont que des piqûres de rappel de l’état d’urgence. Niue, avec 1 550 habitants a eu bien du mal à faire face aux 40 millions de dollars NZ de dégâts de 2004.

Niue est activement engagé dans la lutte contre le réchauffement. Sur 208 pays enregistrés par l’ONU, il est le plus petit émetteur de gaz à effet de serre. Les initiatives de programmes d’énergie renouvelable sont nombreuses, particulièrement le solaire (sur le toit de l’hôpital et du lycée), produisant 15% de son électricité (avec malgré tout un certain nombre de générateurs au diesel).

islandsbusiness.com

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers commentaires