Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

La santé des citadins en danger

Brésil / / Amérique du sud

C’est la conclusion d’un rapport sur “Les vulnérabilités des Mégalopoles brésiliennes face aux changements climatiques”. En plus de provoquer des destructions et des désastres, les changements climatiques vont affecter notre santé. Les chercheurs se montrent particulièrement inquiets, surtout pour le cas de São Paulo et de ses 20 millions d’habitants. Voici les principales causes de leur inquiétude.

1- La hausse de concentration en polluants résultants des échappements de voitures et camions remplissent non seulement l’air de substances toxiques mais empêchent aussi la formation de nuages et diminuent les pluies. Sans pluies, même fines, l’air n’est pas nettoyé et la concentration en polluants s’intensifie. La situation devient critique durant les saisons plus froides, quand les conditions météorologiques empêchent la dispersion des polluants. Ce cocktail “froid + pollution” est particulièrement fatal aux personnes les plus fragiles comme les bébés et les personnes âgées. Les plus pauvres sont aussi les plus exposés, leur résistance est plus basse, et l’usage des transports publics les rend plus vulnérables. Les spécialistes s’attendent à une recrudescence des morts par pneumonies, bronchites et autres maladies respiratoires.

2- Les brusques variations de températures vont s’intensifier avec les changements climatiques. Quand on sort de notre “zone de confort thermique”, on se fragilise. Cette “zone” varie pour chaque personne. Ceci affecte notre sommeil ainsi que notre pression artérielle, dérègle la production d’hormones, et augmente le stress. On peut en mourir – généralement par infarctus. La ville de Santos, à 80 km de São Paulo, a fait face en février à une vague de chaleur extrême: la température a atteint les 39 degrés et 32 personnes âgées sont mortes.

3- Pluies et tempêtes: la sécheresse hivernale provoquée par les changements climatiques s’inverse en été. Plus nombreuses et plus intenses, les pluies d’été provoquent des glissements de terrains, des inondations, des chutes d’arbres…autant de situations qui multiplient les risques d’accidents mortels.

4- Maladies infectieuses: Conséquence directe de ces inondations, la multiplication des parasites intestinaux, hépatites virales, leptospiroses et viroses. De plus, la pluie et la chaleur créent des conditions parfaites pour la reproduction des moustiques transmetteurs de la fièvre jaune, la dengue et la malaria.

5– Allergies: la hausse de concentration de CO2 augmente la libération de pollen par les plantes et la prolifération de champignons, facteurs qui favorisent les allergies. Les particules provenant du diesel, dont la concentration est forte dans l’air de São Paulo, aggravent le problème, en se liant au pollen et aux champignons et en les amenant vers les poumons. Il faut s’attendre à une hausse significative des cas de rhinite allergique et d’asthme, avec des manifestations toujours plus intenses.

6– Sécheresse et migrations de population: les changements climatiques vont intensifier la sécheresse de diverses régions du Brésil, notamment dans la Nordeste. Quand ceci va se produire, on peut s’attendre à un mouvement migratoire vers les périphéries des grandes villes, notamment São Paulo. L’arrivée d’une population vulnérable mettra une pression supplémentaire sur le système de santé de São Paulo.

Les auteurs de l’enquête insistent sur le facteur aggravant que représente la mauvaise qualité de l’environnement public – trafic routier intense, déplacements lents, absence de convivialité, forts risques de catastrophes. Tout ceci affecte la santé psychologique de la population, provoque alcoolisme, dépression et suicides.

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires