Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Quand les chauves-souris plantent le décor

Mexique / / Amérique du nord

Des scientifiques affirment qu’il est plus efficace de préserver les populations de chauves-souris que de planter des arbres manuellement. Il semblerait que ces créatures mal-aimées jouent un rôle clé dans la pollinisation et la dispersion des graines.

La protection des chauves-souris permettrait de faciliter la reforestation. © Ken Bosma (Wikimédia Commons)

Les chauves-souris, vampires écologiques

Les chauves-souris ne sont pas seulement d’insatiables insectivores ; elles assurent également la préservation de nombreuses espèces végétales menacées et participent activement à la reforestation. C’est le constat de chercheurs qui se sont intéressés de près à ces mammifères volants, dont on dénombre plus de 135 espèces au Mexique.

L’écologue Rodrigo Medellín estime que:

Plutôt que de planter des arbres manuellement, il suffit d’encourager le développement des populations de chauves-souris, et de les laisser faire leur travail.

Projets de protection

Le scientifique s’est vu remettre l’un des trois prix environnementaux de la Fondation BBVA, qui comptent parmi les plus importants au niveau international (580.000 euros au total). Les fonds obtenus seront employés dans le cadre du Programme de préservation des chauves-souris du Mexique mis en place par l’association Bioconciencia, et permettront entre autres l’achat de caméras infrarouges, nécessaires au comptage des chauves-souris vivant dans des grottes de grande taille.

Des bourses seront également attribuées à des étudiants travaillant pour la préservation des chauves-souris au Mexique et un prix sera décerné dans le domaine de la recherche.

À l’étude également, un projet de “valise voyageuse” contenant un cahier et une peluche de chauve-souris, destinée à parcourir les écoles d’Amérique Latine afin que les enfants décrivent les espèces vivant dans leur région d’origine. Les informations et les dessins recueillis serviront à publier un livre montrant la diversité des espèces de chauves-souris, vue à travers les yeux des plus petits.

Mieux que les abeilles pour polliniser

Le chercheur rappelle l’importance des “services environnementaux” rendus par ces créatures étonnantes : régulation des populations d’insectes nuisibles pour les cultures, pollinisation de multiples espèces de plantes indispensables tant sur le plan écologique qu’économique, et surtout, dispersion de graines de toutes tailles.

On pensait jusqu’à présent que les plus grosses graines ne pouvaient être véhiculées que par les mammifères de grande taille tels que les tapirs ou les cerfs, mais une étude menée par le Programme de préservation des chauves-souris a permis de montrer que ces dernières étaient capables de transporter des graines de la taille d’un pouce.

Bientôt une protection sur tout le continent ?

Rodrigo Medellín et son équipe s’efforcent de répertorier les grottes où vivent les populations de chauves-souris les plus intéressantes (endémiques, menacées, migratrices), afin qu’elles puissent être déclarées zones protégées.

L’association Bioconciencia collabore par ailleurs avec le Réseau latino-américain de préservation des chauves-souris, composé de quinze pays, afin de mettre au point une stratégie de protection de ces espèces à l’échelle du continent.

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires