Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Small is beautiful (2010)

/ Europe

Pour les films documentaires sur l’alimentation, on avait déjà eu We feed the World et Notre pain quotidien. Mais ici, il s’agit d’abord de montrer que l’agrobusiness n’est pas un modèle viable, tant pour la production que pour la santé publique. Et le résultat est aussi accablant. Encore un film pour vous faire regarder différemment ce qu’il y a dans votre assiette..

Synopsis : L’agriculture est malade. Malade d’un progrès complètement fou, qui ne fabrique plus que des produits aussi standardisés que des voitures. Le terme d’industrie agro-alimentaire semble bien adapté pour décrire l’agriculture moderne, tant la logique de production de masse domine. C’est le triste constat que dresse ce documentaire.

Or, ce système se révèle pervers car il favorise essentiellement les grands groupes agro-industriels comme Monsanto, qui en profitent pour imposer leurs prix et leurs produits aux agriculteurs. Les mêmes groupes qui jouent aussi beaucoup du lobbying à Bruxelles pour mener la politique comme ils l’entendent. Et tant pis si, comme le dit le documentaire citant un ministre de l’agriculture, Edgar Pisani, ce type de production est préjudiciable à l’emploi, à la santé des consommateurs et à la survie des agriculteurs.

Contexte : Le film n’est pas le premier à s’en prendre aux géants de l’agro-alimentaire, en particulier à Monsanto (voir Le monde selon Monsanto de Marie-Monique Robin en 2008). L’intérêt du film est ailleurs : montrer que l’alternative existe, et que l’agriculture biologique n’est pas une chimère ni une lubie d’écolo mais un acte de bon sens, tant pour le consommateur qui garde la santé (et n’a pas à acheter des compléments alimentaires) que pour les agriculteurs qui n’ont pas à subir les pressions des distributeurs, des producteurs d’engrais, etc. Le titre lui-même est un hommage à l’économiste Ernst Friedrich Schumacher et à son livre Small is beautiful, une société à la mesure de l’homme. Selon cet auteur, une économie de la permanence passe par l’exploitation durable et raisonnée des ressources. L’industrie agro-alimentaire est de ce point de vue une aberration : malbouffe, dégâts environnementaux, conséquences sociales… Comme le dit sa présentation,

Le bon sens paysan qui faisait l’agronomie d’hier a peu à peu (…) été remplacé par des logiques marchandes, qu’une poignée d’entreprises multinationales a réussi à imposer en prenant le pouvoir jusqu’au plus haut niveau.

Un film engagé portant une bonne parole? La réalisatrice s’en défend :

Je suis avant tout concernée en tant que citoyenne par ces problématiques. (…) J’essaye de ne pas prêcher une vérité, de ne pas avoir une vision manichéenne des choses et de ne surtout pas tomber dans le spectaculaire !

Voilà la recette d’un documentaire bien cuisiné, pour ceux qui veulent des informations croustillantes garanties sans OGM.


Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires