Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Pourquoi le TGV ralentit-il?

Chine / / Asie

La Chine a le plus grand réseau de trains à grande vitesse au monde, qui sont aussi les plus rapides. Mais la vitesse maximum va être réduite. Pourquoi ? Pour améliorer la sécurité, réduire les coûts, mais surtout réduire la consommation électrique.

Face aux restrictions d'énergie, le TGV chinois est obligé de ralentir. © S370 (Wikimédia Commons)

Le TGV chinois est l'un des plus rapides au monde.

Économie de vitesse et d’énergie

La nouvelle qui circulait depuis le début du mois a été confirmée officiellement par le ministère des chemins de fer. Les trains qui circulent aujourd’hui à 350 km/h sur les trajets Wuhan/Canton, Zengzhou/Xian et Pékin/Tianjin par exemple vont passer à partir de juillet à 300 km/h.

Les raisons avancées pour ce qui apparaît comme un coup porté au TGV, présenté comme un moyen de transport vert en comparaison de l’avion, sont multiples. Sécurité d’abord. Facilitation de la maintenance ensuite. Raisons économiques aussi. Car les TGV chinois n’attirent pas les foules, en raison d’un prix excessif. Mais pour réduire le prix du billet, il faut aussi réduire le coût d’exploitation. Et pour cela rien de mieux que de réduire la vitesse.

Régulation de la vitesse et irrégularité des permis environnementaux

La force due au frottement de l’air est fonction exponentielle de la vitesse de déplacement d’un objet. Ainsi, à très haute vitesse, toute accélération marginale se traduit par une augmentation importante de la résistance de l’air, et donc de la consommation électrique pour les TGV. Dans le contexte où la Chine vit à nouveau des rationnements électriques, il est compréhensible de vouloir réduire la consommation due à des trains pas toujours pleins.

Sheng Guangzu, ministre des voies ferrées, a présenté la réduction de la vitesse des trains comme une mesure de développement durable répondant aux objectifs du douzième plan quinquennal d’un développement plus équilibré. Il s’agit sans doute surtout d’une mesure visant à améliorer le bilan économique des investissements colossaux consentis dans le domaine. Et ce n’est sans doute pas la dernière nouvelle surprise qui attend les fervents supporters du TGV chinois. Le 27 mai, on a par exemple appris que la construction de la ligne Tianjin – Qinhuangdao prévue pour opérer à 370 km/h a été interrompue. Officiellement, pour cause d’irrégularités constatées dans le processus d’obtention du permis environnemental…

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires