Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Les énergies renouvelables vont faire monter le prix des métaux

Amérique latine / / Amérique du sud

Le cuivre viendra-t-il à manquer au cours des prochaines décennies ? Le développement des énergies renouvelables requiert de grandes quantités de métaux et rend le recyclage indispensable pour satisfaire la demande. Le solaire et la géothermie sont les technologies les plus gourmandes.

Les minéraux, plus précieux que le pétrole

Turbines éoliennes ou hydrauliques, cellules photovoltaïques et chauffe-eau solaires, tous les équipements utilisés pour la production d’électricité à partir de sources d’énergies renouvelables nécessitent d’importantes quantités de cuivre, de silicium, de gallium, d’indium ou d’acier.

Alors que les combustibles fossiles menacent de s’épuiser et sont remplacés par des investissements dans les technologies renouvelables, les minéraux sont en passe de devenir plus précieux que le pétrole, le gaz et le charbon

déclare Odón de Buen, président de l’ONG Énergie, Technologie et Éducation (ENTE).

Coauteur d’une étude intitulée ‘Énergie renouvelable pour la production d’électricité en Amérique latine : marché, technologies et perspectives’, il affirme que l’Amérique centrale, l’Argentine, le Brésil, le Chili, la Colombie, le Mexique, le Pérou et le Venezuela vont connaître une croissance ultra-rapide dans le secteur des énergies renouvelables d’ici 2020.

Le renouvelable consommera plus de 80 % du cuivre

Publié à la demande de l’International Copper Association (ICA), le rapport table sur une augmentation de la demande de cuivre comprise entre 60 000 et 110 000 tonnes par an pour les pays concernés par l’étude. L’énergie éolienne, les petites centrales hydrauliques et la biomasse représenteront alors à elles seules entre 86 et 93 % de la demande.

Pour réduire la pression exercée sur les marchés et sur l’industrie minière, un recyclage efficace sera nécessaire, estime Alejandro Jaramillo, chef d’entreprise mexicain membre du Bureau international du recyclage basé à Bruxelles.

Le rapport ‘Taux de recyclage des métaux’ du Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) signale que plusieurs métaux indispensables au développement des technologies propres pourraient venir à manquer en raison de leur faible pourcentage de recyclage.

Car si certains éléments comme le fer, l’acier, le cuivre et l’aluminium sont recyclés dans des proportions comprises entre 25 et 75 % à travers le monde, il existe en revanche 34 matériaux pour lequel le taux de recyclage reste inférieur à 1 %.

Il s’agit d’une industrie très jeune, en plein processus de maturation. Malheureusement, une grande partie du métal termine directement dans les décharges et n’est plus récupérable

souligne Alejandro Jaramillo.

La plus gourmande : l’énergie solaire

Pour l’instant, les énergies renouvelables ne produisent que 2,5 % de l’électricité dans les pays concernés par le rapport de l’ICA, mais l’étude prévoit une forte croissance de l’énergie éolienne en Argentine, au Brésil et au Chili, et un développement des centrales à biomasse au Brésil, en Argentine, en Amérique centrale, en Colombie et au Pérou.

Selon les calculs de l’ICA, l’énergie photovoltaïque nécessite 8,8 kilos de cuivre par kilowatt, contre 4 pour la géothermie, 2,5 pour l’éolien, 2 pour l’hydroélectricité et 1,2 pour la biomasse.

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires