Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

À Dublin, le zoo a la peau dure

/ Europe

À l’occasion du 180ème anniversaire du zoo de Dublin, l’Irish Independent revient sur une histoire haute en couleurs.

Quand le zoo ouvrait ses portes pour la première fois en 1831, il comptait tout juste 46 mammifères et 72 oiseaux. Pas moins de 15 ans plus tard, la famine se répandait en Irlande. L’avenir du zoo, à l’instar de celui de tout le pays, était incertain. Mais en 1844, Albert la Girafe est arrivé et a sauvé le zoo.

En 180 ans, le zoo a non seulement survécu à la famine, mais également à deux Guerres mondiales, aux Pâques sanglantes, à la Guerre d’indépendance et aux difficultés économiques. Aujourd’hui, le zoo de Dublin est le quatrième zoo le plus ancien d’Europe après celui de Vienne, de Paris et de Londres. En plein boom, il a même délogé l’usine Guinness de la première place du classement des lieux les plus visités en Irlande.

Avec plus de 960.000 visiteurs l’année dernière et l’inauguration de la “Forêt des gorilles” prévue en septembre prochain, le zoo ne craint plus l’avenir. Pour fêter cela, l’historienne du zoo, Catherine de Courcy, a sélectionné 10 anecdotes frappantes sur cette belle réussite.

1 – La mystérieuse morsure de serpent

Saint Patrick a beau avoir chassé les serpents d’Irlande, il n’a pas pu empêcher John Supple, un employé du zoo, d’être mordu par un python en 1867. Il mourrait le lendemain à l’hôpital. Les experts se demandaient alors comment un homme avait pu mourir d’une morsure de python non venimeux. L’autopsie révélait que, bizarrement, c’est le choc émotif qui avait entraîné la mort.

2 – Les voleurs de cadavres

Les fondateurs du zoo de Dublin étaient tous membres de la profession médicale. “Dans les années 1830, la loi sur l’utilisation des cadavres à des fins médicales a changé. Avant le début des années 1830, vous deviez profaner des tombes pour pouvoir disséquer des cadavres, sauf si vous faisiez partie d’une grande institution médicale. Alors mettre la main sur un primate sans avoir à profaner une tombe était un exploit.”

3 – La star d’Hollywood

L’un des protégés les plus célèbres du zoo de Dublin a réalisé une carrière brillante au cinéma. Le féroce lion qui apparaissait (sans rugir) au début et à la fin des films de la Metro Goldwyn Meyer serait né au zoo de Dublin en 1919. Slats – c’est son nom – a été utilisé dans tous les films MGM entre 1924 et 1928. Mais personne n’a jamais trouvé son certificat de naissance pour confirmer cette rumeur.

4 – Un président à Dublin

Bien avant que Clinton ou Obama ne viennent fouler le sol irlandais, le président Ulysses Grant (après avoir fini son mandat) est venu admirer les célèbres lions de Dublin au début du XIXe siècle.

5 – 1916 sanglant

Au moment des Pâques sanglantes en 1916 dans les rues de la capitale irlandaise, les habitants crient famine. Après avoir épuisé leurs stocks de viande, l’attention se tourne alors vers le zoo. “Ils ont dû tuer quelques chèvres, un vieil âne et deux dingos. Heureusement, aucun des précieux animaux de plus grande taille n’a été abattu. Quelques jours plus tard, le directeur du zoo a fait marcher ses relations pour se faire envoyer de la viande.”

6 – Elephant Man

L’un des employés préférés de l’histoire du zoo de Dublin fut Jimmy Kenny. Des générations de visiteurs l’ont appelé par son prénom. Il était chargé de garder les éléphants. “Si vous étiez enfant dans les années 1950 ou 1960, vous vous souvenez forcément de Jimmy Kenny car c’est lui qui vous faisait monter à dos d’éléphant.”

7 – Animaux en location

Dans les années 1830, le zoo de Dublin était propriétaire de lions, tigres et couguars, mais devait louer les éléphants et rhinocéros dans des ménageries ambulantes. “Le zoo louait des éléphants avant que Londres ne lui en prête un en 1836.”

8 – Un zoo pour une Reine

En 1837, une jeune Reine nommée Victoria devenait mécène du zoo de Dublin. Pour montrer sa gratitude, le zoo réalisait une opération portes-ouvertes un an plus tard pour fêter son couronnement. Plus de 20.000 personnes se rendaient au zoo à cette occasion. Il s’agit à ce jour encore du plus grand nombre de visiteurs en une seule journée. La Reine, elle, visitait le zoo en 1900.

9 – Le paradis des amoureux ?

De 1857 à 1965, quelque 593 lionceaux sont nés au zoo de Dublin, plus que dans n’importe quel autre zoo du monde. Les derniers arrivés sont un bébé gorille, un girafeau, un bébé rhinocéros, sans parler des nouveau-nés de la “Ferme familiale”.

10 – Le tigre qui a sauvé le zoo

L’ancien premier ministre irlandais, Bertie Ahern, a évité la disparition du zoo de Dublin grâce au Tigre celtique. En 1993, alors Ministre des Finances, il votait une aide de 19 M€ pour le zoo, au bord de la fermeture. Puis en 2000, en tant que Taoiseach, il apportait une nouvelle aide de 20 M€ et une autre d’un même montant en 2006. Le zoo de Dublin en profita pour réaliser des travaux et ainsi développer le “Chemin forestier Kaziranga”, la “Savane africaine”, la “Ferme familiale” et prochainement, la “Forêt des gorilles”. “C’est là que l’argent du Tigre celtique a vraiment fait la différence pour nous.”

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires