Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Le salut pour l’environnement peut-il venir du charbon?

Chine / / Asie

Une société du Shanxi a présenté sa nouvelle chaudière industrielle au charbon pulvérisé. Avec un rendement bien meilleur que les dizaines de milliers de chaudières installées en Chine, la technologie pourrait permettre d’éviter le rejet de… 500 millions de tonnes de CO2 par an.

Sale, le charbon ? La nouvelle technologie de combustion pourrait le rendre moins lourd pour l'environnement. © Peter Van den Bossche

Une nouvelle technologie pour améliorer le rendement des centrales

La Chine ne fait pas que produire de l’électricité avec son charbon. Elle se chauffe aussi principalement avec, et son industrie utilise la houille pour ses fours. Les chaudières industrielles contribuent à 20% de la consommation de charbon national, arrivant en seconde position derrière la production électrique. 600 millions de tonnes de charbon sont brûlées chaque année dans les systèmes de chauffage collectif urbain et l’industrie (ciment, acier,…).

Selon les chiffres du ministère de l’industrie, les chaudières chinoises sont en général de 15 à 20% moins efficaces que celles utilisées en Europe et aux USA. La marge d’amélioration est conséquente, et la société Shanxi Lantian Huanbao Shebei (SLHS) propose un nouveau produit au charbon pulvérisé qui devrait améliorer le bilan carbone de l’industrie. Les 4 premières installations expérimentales installées ont fait l’objet d’un suivi par le ministère de l’environnement.

Des économies en perspective

Selon les estimations indépendantes, les résultats sont satisfaisants. En les extrapolant au parc de chaudières industrielles chinoises, on obtient des chiffres très intéressants. Ainsi, si les 480.000 chaudières industrielles charbon que compte le pays étaient remplacées par la technologie de SLHS, cela conduirait à des économies annuelles de :

- 200 millions de tonnes de charbon

- 500 millions de tonnes de CO2 rejetés dans l’atmosphère

- 3 millions de tonnes de dioxyde de soufre en moins

Si les travaux sur la capture du CO2 dans les centrales électriques au charbon aboutissent aux résultats espérés, la combinaison de ces deux technologies pourrait conduire à des économies intéressantes. Il faudra alors que les investisseurs fassent les efforts nécessaires pour déployer à grande échelle ces avancées technologiques. Dans ce cas, le salut pourrait venir de manière très inattendue … du charbon.

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires