Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Le point sur la certification FSC avec la directrice exécutive France

/ Amérique du sud

Depuis 3 ans, les acteurs de la filière bois en Guyane française se sont engagés dans une démarche de gestion responsable de la forêt guyanaise. Il y a quelques mois, ils ont contacté le label FSC France (Forest Stewardship Council) afin de certifier le bois de ce département français d’Outre-mer. Une première pour les DOM-TOM.

 

Lors de son passage en Guyane, Marie Vallée, Directrice exécutive de FSC France, a répondu aux questions de Green et Vert. Gilles Suzanon, stagiaire au WWF Guyane sur les problématiques de certification forestière, était également présent.

Green et Vert : Lors de votre séjour en Guyane, avez-vous constaté une réelle volonté des acteurs locaux de la filière bois d’aboutir à une gestion durable de la forêt guyanaise ?

Marie Vallée : Nous parlons plutôt de gestion responsable, qui respecte la forêt et les personnes qui en dépendent. En Guyane, depuis les années 2006-2007, tous les acteurs de la filière bois font des efforts de structuration et d’amélioration des pratiques. L’ONF Guyanea également porté une démarche de Charte d’exploitation à faible impact sur le territoire guyanais. Il s’agit par exemple de ne pas exploiter trop près des cours d’eau en laissant des zones-tampon, ou d’aborder des aspects de santé-sécurité, comme une trousse à pharmacie à avoir sur le terrain.

G&V : Pourquoi les acteurs de la filière bois en Guyane ont-ils fait appel à la certification FSC France ?

M.V : En réalité, l’ONF Guyane a commencé à réfléchir à une démarche de certification en 2009. Ils ont d’abord approché l’autre label, PEFC (Programme for the Endorsement of Forest Certification). FSC France a été contacté plus tard. Ces deux labels ont des légitimités différentes, donc des approches différentes et des marchés également différents. En revanche, une même parcelle de forêt peut tout à fait être certifiée PEFC et FSC en même temps.

G&V : Aujourd’hui, le WWF Guyane s’associe à votre démarche. Pourquoi ne s’investit-il pas également aux côtés de PEFC ?

Gilles Suzanon : Le WWF est partisan de la certification FSC car elle est plus exigeante d’un point de vue social et environnemental. Le WWF fait également partie de la Chambre environnementale de FSC France, donc il participe aux réflexions. Ici en Guyane le WWF finance l’élaboration des indicateurs d’une bonne gestion forestière.

M.V : La gouvernance au sein de PEFC est différente de la nôtre. A FSC, la Chambre économique, la Chambre sociale et la Chambre environnementale votent chacune à parts égales. Au sein de PEFC il y a trois collèges : les producteurs de bois, les transformateurs de bois et les utilisateurs de la forêt. C’est seulement dans ce dernier collège que l’on retrouve les ONG, aux côtés des randonneurs et des chasseurs.

G&V : Concrètement, combien d’hectares de forêt guyanaise vont être certifiés FSC ?

G.S : 300 000 hectares devraient être concernés.

M.V : Pour comparaison, en France métropolitaine, moins de 15 000 hectares sur 16 millions sont certifiés FSC. La certification en Guyane est un signal politique fort car c’est la seule forêt tropicale européenne. A l’origine, la création du label FSC avait pour ambition de répondre aux enjeux de déforestation en zone tropicale où 13 millions d’hectares disparaissent par an.

[Propos recueillis par Eudoxie Jantet]

Quand le bois est suivi à la loupe…

Le WWF France a récemment mobilisé 200 bénévoles pour collecter des informations sur les produits en bois vendus dans les grandes surfaces et les enseignes spécialisées. Ceci permettra d’analyser leur politique environnementale. En 2008, le WWF avait mené une enquête similaire, laquelle montrait que seulement 4% de l’offre en produits du bois était certifiée. A l’occasion de cette Année Internationale des Forêts, l’objectif du WWF est de promouvoir le label FSC et la gestion durable des forêts. A plus long terme, en 2020, l’ONG a pour ambition de stopper toute déforestation nette. Il s’agit pour cela de ne plus convertir de forêts naturelles et de restaurer les massifs dégradés.

Toutes les infos de la campagne ici : www.forets-vivantes.fr

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires